Les données du projet Galileo seront publiques d’ici 2023, sans secrets

https://www.howandwhys.com/harvard-professor-claims-galileo-project-ufo-uaps-alien-data-will-be-public-by-2023/

Avi Loeb, professeur à Harvard, est l’une des personnes hautement qualifiées qui ajoute de la crédibilité à la recherche sur les ovnis. Il assure que son projet Galileo fera preuve de transparence en partageant ses progrès avec le public et que rien ne sera classifié. Il affirme que d’ici 2023, le projet Galileo publiera toutes ses données sur les objets naturels, artificiels et extraterrestres.

M. Loeb est le premier astronome à avoir défié l’ensemble de la communauté scientifique en présentant ses données convaincantes (?) selon lesquelles il existe des objets interstellaires sur Terre et dans le système solaire qui pourraient avoir une origine extraterrestre.

Il a récemment annoncé qu’ils venaient de recevoir un financement complet pour l’expédition du projet Galileo visant à récupérer les fragments du premier météore interstellaire (IM1), « CNEOS 2014-01-08« , qui a atterri au fond de l’océan Pacifique près de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG). Le Dr Loeb n’a pas révélé le nom des bailleurs de fonds, mais il a précisé qu’il avait reçu le soutien financier de riches donateurs. (Le projet semble être lié à la Fondation scientifique Laukien, dirigée par le milliardaire Frank Laukien et William A. Linton de la société de biotechnologie Promega Corporation et de l’Institut Usona).

Inspiration d’Avi Loeb

Qu’est-ce qui a poussé le Dr Loeb à lancer le projet Galileo ? La réponse se trouve dans les données scientifiques qu’il a recueillies lors de trois événements liés à l’espace : CNEOS 2014-01-08, « Oumuamua » et une comète interstellaire. Les deux premiers objets sont complètement outliners, comme l’a dit le Dr Loeb. Il est positif quant à l’origine extraterrestre des deux premiers objets interstellaires, car les données qu’il a reçues à leur sujet sont étranges dans l’histoire de l’astronomie.

« Il y a deux possibilités générales. Soit IM1 est d’origine naturelle nouvelle, soit il est artificiel, produit par une civilisation technologique extraterrestre. En ce qui concerne la première possibilité, l’imagerie aux rayons X du vestige de supernova Vela a révélé des chocs s’échappant du site de l’explosion, une découverte que j’ai tenté d’expliquer il y a trois décennies. Il est possible que IM1 soit une petite balle plus résistante que les météorites de fer classiques, tirée depuis une étoile en explosion.

Mais il est également possible qu’il s’agisse d’un vaisseau spatial, un équivalent vieux d’un milliard d’années de nos sondes interstellaires. Imaginez un vaisseau spatial comme Voyager 1 et 2, Pioneer 10 et 11 ou New Horizons, s’écrasant sur une exo-planète habitable et se consumant dans son atmosphère. Les exo-scientifiques de cette exo-planète considéreraient l’ex-météorite résultante comme un déchet spatial. Cependant, s’ils sont assez curieux pour examiner la composition de ses fragments, ils se rendront compte qu’elle est d’origine artificielle. » (Source)

Avi Loeb. Image via Public Domain

L’objet que recherche le Dr Loeb, désigné CNEOS 2014-01-08, a été détecté en 2014 par un réseau de satellites utilisé pour surveiller le ciel à la recherche d’astéroïdes potentiellement dangereux. En utilisant les données publiées par la NASA, Loeb et Amir Siraj, alors étudiant en astrophysique à l’Université de Harvard, ont suggéré pour la première fois que l’objet venait de l’extérieur de notre système solaire en 2019. (Source)

« Il s’est déplacé très rapidement, à peu près 40 kilomètres par seconde lorsqu’il a explosé dans la basse atmosphère », a déclaré le Dr Loeb. « Et de cela, nous pouvons déduire qu’il se déplaçait beaucoup trop vite pour être lié au système solaire« .

Dans un premier temps, l’article scientifique sur le météore soumis par le Dr Loeb et Siraj a été rejeté car leurs données étaient incomplètes. Mais en avril 2022, un mémo publié par l’U.S. Space Command semblait confirmer que l’objet provenait d’un autre système stellaire.

Il a ajouté qu’en testant la composition de l’objet, on pourrait déterminer s’il ressemble à ceux que l’on trouve dans notre système solaire. « Il y a aussi la possibilité qu’il soit fait d’un alliage que la nature n’assemble pas, et cela impliquerait que l’objet est technologique« , a expliqué Loeb. « Si vous demandez quel est mon souhait, s’il est effectivement d’origine artificielle, et qu’il y avait un composant de l’objet qui a survécu, et s’il a des boutons dessus, j’adorerais les presser. »

Le Dr Loeb a été un scientifique controversé pour ses déclarations et a fait l’objet de nombreuses critiques de la part d’autres astronomes. Mais il est déterminé à trouver d’autres données qui, selon lui, pourraient révéler que certains objets de notre système stellaire ne sont pas naturels, mais qu’il s’agit peut-être d’artefacts provenant d’un système d’étoiles. extraterrestrial civilization.

Données sur les OVNI du projet Galileo

L’annonce du projet Galileo est intervenue peu après que le Pentagone ait rendu publiques ses images d’OVNI en 2021. À l’époque, le Dr Loeb a déclaré : « Ce que nous voyons dans notre ciel n’est pas quelque chose que les politiciens ou le personnel militaire devraient interpréter, car ils n’ont pas été formés en tant que scientifiques, c’est à la communauté scientifique de le découvrir. »

Le Dr Loeb était convaincu que la découverte d’équipements provenant de civilisations extraterrestres aurait un impact profond sur l’humanité. Son projet Galileo vise à rechercher de telles reliques près de la Terre.

Dans sa récente interview avec Curt Jaimungal de TOE, le Dr Loeb a confirmé que le projet Galileo a commencé à tester une série d’instruments qui observeraient ce ciel et analyseraient les données avec des algorithmes d’intelligence artificielle.

Il a ajouté que « si tout va bien, d’ici 2023, nous commencerons à collecter des données aux endroits où des rapports sur ces objets [UAP] ont été établis. C’est la troisième branche des projets Galileo, nous faisons déjà cette recherche.

Le 10 novembre 2021, le Dr Loeb a assisté au Forum Ignatius à la cathédrale nationale de Washington en compagnie de Jeff Bezos, Bill Nelson et Avril Haines, la directrice du renseignement national. Il a eu l’occasion de demander à Haines ce qu’elle pensait de la nature des UAP, ce à quoi elle a répondu sans hésiter qu’elle ne le savait pas.

Commentaires de Toledo

Ce qui est intéressant, c’est que maintenant il semble y avoir une espèce de course avec la NASA.

Pour rappel, la Marine américaine a avoué avoir d’autres vidéos d’UAP, qu’elle refusait de produire.

C’est indiqué dans cet article, sur la base d’une lettre officiel en réponse à une FOIA demandée par The Black Vault, et c’est très intéressant, car

https://www.uap-blog.com/la-marine-americaine-declare-que-toutes-les-videos-de-luap-ufo-sont-classifiees-et-exemptees-de-publication/

Un autre article est ici donnant ces références :

https://www.uap-blog.com/la-marine-us-a-dautres-videos/

Pour les données classifiées c’est mort ! Mais non…

Selon Rob Coppinger qui a discuté avec Bill Nelson, l’étude de la NASA contiendra également des données classifiées, malgré ce qui a été communiqué à The Black Vault.

Est-ce que ces études arriveront à faire sortir le sujet du domaine conspirationniste ? Ce n’est pas encore gagné. Mais au moins on est dans un processus scientifique.