Les événements mystérieux de l’école Ariel, Zimbabwe – 16 septembre 1994

Giddierone

https://gideonreid.co.uk/the-mysterious-events-at-ariel-school-zimbabwe-16-sept-1994/

Les événements mystérieux de l’école Ariel, Zimbabwe – 16 septembre 1994

Par Gideon Reid / le 14 juillet 2022

  • 1.           Introduction
  • 2.           Un exercice inhabituel en classe d’anglais
  • 3.           L’exactitude du compte rendu, un test de mémoire
  • 4.           Hypothèse de marionnettes – Je pense qu’ils ont vu des marionnettes.
  • 5.           Quel genre de marionnettes les enfants d’Ariel ont-ils pu voir ?
  • 6.           Les marionnettes ne se distinguent pas de la magie.
  • 7.           Communication télépathique ou mime ?
  • 8.           Un message sans paroles sur l’environnement, en avance sur son temps ?
  • 9.           Les ateliers de marionnettes
  • 10.         Similitudes entre les marionnettes de l’AREPP et ce que les enfants d’Ariel ont déclaré avoir vu.
  • 11.         Les marionnettes de l’AREPP et les marionnettes de Puppets Against AIDS.
  • 12.          » Courir au ralenti « 
  • 13.         « Les nuques raides »
  • 14.         Le « Spaceship »
  • 15.         Pas de théorie du complot – une théorie des coïncidences
  • 16.         Tableau de comparaison
  • 17.         Conclusion
  • 18.         Notes de bas de page et références

Introduction

Ce blog traite de la supposée observation d’un vaisseau spatial et de sa rencontre rapprochée le 16 septembre 1994, à l’école primaire Ariel, au Zimbabwe. Il suppose que le lecteur est familier avec ce qui s’est passé ce jour-là et qu’il a lu ou regardé les interviews des enfants qui en ont été témoins. Si vous n’êtes pas familier avec ce sujet, il n’y a pas de meilleur endroit pour commencer que le blog de Charlie Wiser qui est la vue d’ensemble la plus claire et probablement la meilleure ressource pour ce sujet. Je m’y suis fréquemment référé lors de la rédaction de ce blog.

J’ai un argument principal à faire valoir dans ce blog et il est en accord avec Colin Mackie, le directeur de l’école à l’époque, qui a dit :

« Je crois que les enfants ont vu quelque chose »

Je crois aussi que les enfants ont vu quelque chose, mais qu’il y a un bon argument, basé sur des preuves circonstancielles, pour dire que ce que les enfants ont vu n’avait rien d’extraordinaire.

Un exercice inhabituel en classe d’anglais

J’aborde ce sujet comme tous ceux qui aiment les mystères, en particulier ceux qui impliquent de nombreux témoins, et comme parent de deux enfants qui avaient à peu près l’âge des enfants de l’école Ariel lorsqu’ils ont fait leur étrange rencontre.

L’année dernière, l’école primaire de mes enfants a mis en scène un mystérieux atterrissage d’OVNI dans la cour de l’école. L’épave carbonisée d’un vaisseau a été créée et un site de crash a été mis en scène avec un cordon de police. Un scientifique masqué, vêtu d’une combinaison verte, recueille de la matière verte dans une éprouvette, un inspecteur muni d’une loupe effectue des contrôles et un policier protège la scène contre toute manipulation. Apparemment, le ministère de la Défense et même le Premier ministre avaient appelé, et la rumeur courait qu’un extraterrestre avait été aperçu quittant les lieux…

Ce qui a rendu tout cela encore plus mystérieux, c’est que cela s’est produit pendant les restrictions de mouvement imposées par le COVID au Royaume-Uni, de sorte qu’aucun parent (à l’exception de ceux qui participaient au canular ou jouaient l’un des personnages mentionnés) n’a pu voir l’OVNI dans la cour de l’école. Tous les rapports à ce sujet sont venus des enfants. La plupart des autres parents n’en ont pas été informés à l’avance.

Je ne le savais pas à l’époque, mais il s’agit d’un exercice d’écriture courant dans les classes d’anglais des écoles primaires britanniques, qui figure au programme depuis plus de dix ans, et qui est conçu pour encourager les enfants à être observateurs lorsqu’on leur demande de rédiger un rapport sur l’incident.

Exactitude des rapports, un test de mémoire

Environ un an après l’événement, j’ai demandé à mon fils (9 ans) de dessiner ce qu’il avait vu. Puis je suis tombée sur une photo, sur le compte Twitter de l’école, de ce à quoi ressemblait réellement l’OVNI qui s’était écrasé. Il n’avait pas non plus vu la photo, seulement la scène originale un an auparavant, et il a dessiné son image à partir de ses souvenirs. Ce qui est intéressant, ce sont les détails qui sont exacts, mais il y en a d’autres qu’il a ajoutés ou exagérés parce qu’ils l’ont fait réfléchir. Par exemple, lorsque je lui ai demandé de décrire l’engin, il a passé beaucoup de temps à parler d’un trou au milieu de l’engin, se demandant qui avait pu le faire ? A quoi servait-il ? Qu’ont-ils utilisé pour le fabriquer ? Mais lorsque vous voyez l’objet réel, il n’y a pas de trou, du moins pas à l’endroit indiqué dans son dessin, et pourtant, pour lui, c’était une caractéristique distinctive.

Les enfants (alors âgés de 6 et 8 ans) ont tous deux compris qu’il ne s’agissait pas d’un véritable objet spatial et qu’il n’y avait pas d’extraterrestre en liberté dans l’école. Ils ont été amenés par leurs professeurs à observer la scène de manière structurée, comme dans une classe normale. Ce n’était pas une découverte spontanée. C’était un peu amusant et ils ont tous deux adopté le faux mystère. Ils en ont parlé pendant des semaines par la suite. C’était un succès.

Dans l’ensemble, je pense que l’aîné, un enfant de 8 ans vif, observateur et précis, a été un témoin juste de ce qu’il a vu et son rapport était assez – mais pas totalement – précis.

Le dessin de notre fils de la scène de l’OVNI
La scène actuelle dans notre école

Je pense que les enfants de l’école primaire d’Ariel se sont exprimés clairement et avec précision, à peu près au même degré, pour décrire ce qu’ils ont vu. Comme le dit M. Mackie, il est clair qu’ils ont vu quelque chose, mais plutôt qu’un vaisseau spatial et des êtres extraterrestres, je pense qu’il y a de meilleures preuves que ce qu’ils ont vu était plus terre à terre.

Hypothèse de marionnettes – Je pense qu’ils ont vu des marionnettes

Il y a un certain nombre de descriptions dans les remarques des enfants, qui ne semblent pas être influencées par l’interviewer, la situation, la pression de la performance pour les enseignants, les caméras de télévision, ou les experts interrogateurs, mais qui sont offertes spontanément et qui soutiennent l’hypothèse que ce que les enfants ont observé étaient des marionnettes.

Ces caractéristiques comprennent :

  • Gris ou une couleur de peau inhabituelle
  • Une grosse tête
  • Grands yeux
  • Cou maigre
  • Longs cheveux noirs
  • Noir brillant (vêtements ou peau)
  • Pas d’expression faciale
  • Cou raide
  • Course au ralenti
  • Communication sans paroles
  • Courir de haut en bas sur le toit d’un « vaisseau spatial ».
  • Un grand et plusieurs petits
  • (Personnages) en vol stationnaire, sans toucher le sol

Ces caractéristiques sont mentionnées dans les entretiens télévisés avec les élèves de l’école Ariel et dans des entretiens récents avec eux à l’âge adulte. Certains détails tels que les « grosses têtes » et les « grands yeux » sont répétés dans certains des dessins qu’ils ont faits lorsqu’ils étaient enfants.

Ces dessins ont été réalisés le lundi, deux jours après l’événement de septembre 1994, qui s’est produit le vendredi matin vers 10 heures.

Dans les semaines et les mois qui ont suivi, leurs descriptions collectives ont été tournées jusqu’au point où elles en sont aujourd’hui. Tout rapport médiatique mentionnant l’école d’Ariel y fait désormais référence comme à l’atterrissage d’un objet volant non identifié et à une rencontre massive avec des êtres extraterrestres. On répète comme un fait que 62 enfants ont vécu une expérience identique, qu’ils ont vu un vaisseau spatial en vol stationnaire, qu’ils ont connu une sorte de dilatation du temps, qu’ils ont vu des extraterrestres téléportés aux couleurs étranges, portant des vêtements noirs brillants ressemblant à des combinaisons de plongée, qui les ont regardés avec de grands yeux noirs captivants et sans cligner des yeux et leur ont délivré un message télépathique sans paroles sur la conservation de l’environnement, la technologie et la gestion de la Terre.

Au lieu de cela, je crois qu’il y a suffisamment de détails dans leurs descriptions et dessins qui correspondent à l’hypothèse des marionnettes, et qui font de cette hypothèse une explication valable – bien que moins fantastique – de ce qu’ils ont vu.

Quel genre de marionnettes les enfants d’Ariel ont-ils pu voir ?

Créé en 1987, l’African Research and Educational Puppetry Programme (AREPP) est une organisation non gouvernementale (ONG) qui utilise les principes du « théâtre appliqué » de marionnettes pour enseigner aux écoliers par le biais de présentations dramatiques. L’un de ses objectifs déclarés, selon le directeur Gordon Bilborough, est de « précipiter la cognition parmi le public au moyen des productions ». En d’autres termes, il s’agit d’éduquer par le biais de spectacles de marionnettes et de faire en sorte que le public reparte en réfléchissant profondément à ce qu’il a vu.

Un clip de Township to Tundra – Gary Friedman Productions (1993)

L’AREPP s’adresse principalement au public par le biais de spectacles de marionnettes qui se déplacent et se produisent dans les écoles d’Afrique du Sud. Leur premier spectacle, Puppets Against AIDS (PAA), a commencé à tourner en Afrique du Sud en 1988 et a été conçu pour sensibiliser les communautés au SIDA. Ils ont utilisé les marionnettes comme un moyen de donner plus facilement la parole à un sujet tabou ou socialement difficile à aborder dans un forum public.

Un spectacle de marionnettes sur le SIDA pour les enfants ?

Oui. L’épidémie de SIDA était considérée comme une crise de santé publique importante dans les communautés africaines et autres communautés rurales dans les années 1980 et 1990, et l’AREPP a cherché à démystifier et à déstigmatiser la maladie et sa transmission. Ils ont porté leur message aux gens et ont joué gratuitement devant des publics de tous âges.

En 1992, Puppets Against AIDS a été présenté à des publics de tous âges au Kenya (à gauche) et en tournée au Canada (à droite). Photos de Township to Tundra – Gary Friedman Productions.

Un examen des objectifs de l’entreprise en 1994 indique :

« L’AREPP a apparemment obtenu un succès administratif stupéfiant en parvenant à envoyer des équipes de marionnettistes dans presque toute la région de l’Afrique australe et au-delà… Le programme a atteint le cœur même des townships, des établissements informels, des zones rurales, périurbaines et urbaines, et a beaucoup voyagé en Afrique australe ».

« De 1992 à 1994, AREPP a géré deux équipes de trois membres à temps plein. Entre ces deux équipes, Puppets Against AIDS s’est rendu dans la plupart des régions d’Afrique du Sud où il y avait des routes, ainsi qu’à Berlin (où il s’est produit lors de la 9e conférence internationale sur le SIDA), au Botswana, au Canada, au Kenya, en Namibie, à la Réunion, en Zambie et au Zimbabwe, touchant ainsi 1,6 million de personnes. L’organisation a également organisé plusieurs ateliers de quatre semaines pour « transmettre les compétences nécessaires à la mise en place de programmes locaux tels que Puppets Against AIDS, au Botswana, au Canada, au Kenya, en Namibie, au Zimbabwe et en Afrique du Sud ».

Le « théâtre appliqué » a été un succès en Afrique. Le théâtre ayant pour but de créer un changement politique et social fonctionnait manifestement. En 1994, après le succès et la franchise de Puppets Against AIDS, la compagnie a expérimenté de nouveaux projets et de nouveaux styles de marionnettes.

En 1994, le projet « Puppets Against Abuse« , initialement appelé « Puppets for Peace« , a été mis sur pied dans le but de sensibiliser et d’éduquer les gens sur les questions d’abus, de viol et de violence domestique. Le projet, financé par Christian AID, s’inspirait de Puppets Against AIDS et espérait recréer cette formule à succès qui devenait une question d’intérêt national avec seulement des ressources minimales pour y répondre… Les marionnettes utilisées pour la production étaient des marionnettes à tige qui étaient actionnées au-dessus de la tête du marionnettiste, devant lui, dans le style japonais du Bunraku.  » (Bilborough, 2008)

Ce style de marionnettes Bunraku, au Japon du moins, comporte trois opérateurs de marionnettes, dont deux sont entièrement vêtus de noir. Une partie de la marionnette est contrôlée par des tiges et, comme elle est soutenue par les marionnettistes, elle semble flotter devant eux.

Il y a une ressemblance avec ce style de marionnettes Bunraku dans les descriptions des enfants de personnages tout en noir, ou sans visage, cela apparaît également dans certains de leurs dessins.

Deux dessins d’élèves de l’école Ariel montrant des personnages sans visage et en noir.

Emily Trim, une autre élève d’Ariel à l’époque, se souvient, dans une interview récente, à l’âge adulte, des êtres qu’elle voyait avoir,

  • Des cous plus longs et plus fins
  • Des membres fragiles
  • Planant – ne touchant pas le sol
  • Ventres en pot

Pour autant que je sache, il n’y a aucune description de pieds d’aucune sorte dans les interviews des élèves d’Ariel.

Les marionnettes sont indissociables de la magie.

Arthur C. Clarke a écrit,

« Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. »

C’est une expression souvent invoquée dans la science-fiction et l’ufologie pour décrire le fossé infranchissable entre notre expérience actuelle et le futur. Mais la même magie peut aussi être le produit de la technologie la plus primitive lorsqu’elle est associée à un marionnettiste compétent et à l’imagination du public. La marionnette Bunraku n’en est qu’un exemple. Des créatures vivantes animées prennent vie à partir des matériaux les plus élémentaires.

Pendant des centaines d’années, les marionnettes ont été un outil de narration de faible technicité, joué en plein air avec des matériaux simples. Par exemple, ce manuscrit médiéval Romance of Alexander provenant de Belgique représente un stand de marionnettes ambulant qui n’est pas très différent de ceux utilisés par l’AREPP. Les exemples de ce type en Afrique sont pour la plupart une importation relativement récente de l’Europe.

Deux cabines de marionnettes ambulantes illustrées dans Romance of Alexander, un manuscrit du 13e siècle conservé à la Bodleian Library.

Les marionnettes sont capables de susciter presque instantanément des émotions. Elles peuvent nous amener à suspendre notre incrédulité face à leur inanimité. Par exemple, ce clip est tiré d’un spectacle de rue d’Igor Fokin6 où une marionnette interagit avec le public et crée un lien avec un jeune spectateur.

Igor Fokin jouant avec une marionnette

Le marionnettiste Hobey Ford manipule une marionnette d’aigle.

Comme l’explique ici le marionnettiste Hobey Ford, le marionnettiste peut être immatériel lors de cet effet, même lorsqu’il se produit devant un public plus mature.

« Je vais souvent dans une bibliothèque ou une école et il y a des enfants plus âgés qui sont assis comme ça (bras croisés) et qui se disent « on ne va pas aimer ça », ils peuvent d’abord s’y intéresser à cause de la façon dont c’est fait mécaniquement, puis ils se rendent compte de la beauté de la chose. C’est une partie de l’attrait de la création de marionnettes, c’est qu’elles sont en quelque sorte transformationnelles ; ils veulent que l’expérience soit quelque chose d’étonnant, et très souvent ils me disent : « quand tu faisais cet aigle et que tu volais au-dessus de moi, tu es devenu invisible ». J’adore ça !« 

Nous sommes également obsédés par l’idée d’attribuer la vie à tout ce qui a des yeux. Même des yeux sans expression et sans clignement comme ceux décrits par certains des enfants d’Ariel. Là encore, Hobey Ford donne une excellente explication de ce phénomène magique dans la pratique.

Pupeteer Hobey Ford

« …J’aimais vraiment la façon dont les yeux donnaient vie à n’importe quoi, c’est une sorte de chose animiste très basique, que vous mettez des yeux sur quelque chose, que ce soit votre main ou un objet et il, instantanément il devient vivant…si quelque chose a des yeux c’est vivant… « 

Communication télépathique ou mime ?

L’objectif du théâtre politique, comme le travail de l’AREPP, est de provoquer une réaction du public. Si le public déclare être impliqué ou « pris » dans la production, si son expérience de la performance est comme étant « réelle » et « vraie », alors la production est un succès.

Le Dr John E. Mack – psychiatre et professeur à la Harvard Medical School – a interrogé 12 des enfants deux mois après l’événement et a mis en évidence de nouveaux détails sur l’expérience des enfants, notamment la façon dont leurs sentiments et les motifs imaginaires des êtres sont mis en avant. Le plus remarquable est l’idée que les enfants ont reçu des êtres qu’ils ont rencontrés un message sans paroles sur l’environnement et la technologie.

Ces interviews placent les enfants de l’école Ariel dans le cadre de la création ciblée d’une « épiphanie » personnelle chez le public que des compagnies comme AREPP cherchaient à atteindre avec leurs productions. Si un public est amené à évaluer ses propres croyances, alors la compagnie a réussi. C’est ce que Gordon Bilborough, l’un des directeurs d’AREPP, qualifie, dans son analyse de la pédagogie des marionnettes d’AREPP, de « Theatrical Peak Experience« .

Cet effet, qui perdure longtemps après la représentation, trouve un écho dans les opinions d’autres artistes de la même époque qui ont également perçu la magie de la marionnette et son pouvoir de délivrer un message durable. L’écrivain Jane Taylor, sur la relation du public avec les marionnettes utilisées dans son œuvre Ubu and the Truth Commission, une pièce de théâtre de marionnettes jouée par la Handsprung Puppet Company d’Afrique du Sud sur la Commission Vérité et Réconciliation de l’Apartheid.

« La marionnette attire l’attention sur son propre artifice et, en tant que public, nous nous soumettons volontairement aux processus ambigus qui, à la fois, nient et affirment la réalité de ce que nous regardons. Les marionnettes déclarent également qu’elles sont « parlées ».

Comme nous l’avons vu dans le clip d’Igor Fokin ci-dessus, le consentement à se soumettre aux « processus ambigus de la marionnette » n’est pas aussi clair avec les enfants qu’avec les adultes. Je pense qu’avec les enfants, il y a un discernement moins conscient de la réalité du spectacle, surtout si les marionnettes utilisent le mime pour transmettre leur message.

Dans une interview de 1996 avec Gary Friedman, fondateur de l’AREPP, Daryl Accone le cite disant :

« Les marionnettes expriment des émotions et des sentiments sans mots. C’est le théâtre de la métamorphose et de la transformation. Tout est question de son, de mouvement et de lumière. C’est la magie du théâtre de marionnettes : les actions sont mille fois plus efficaces que les mots. »

Un thème similaire est abordé dans cette discussion sur leur projet de 1994, Puppets For Democracy, qui visait à démystifier le processus démocratique avant la première élection libre en Afrique du Sud en avril de la même année.

« Les marionnettes seraient particulièrement efficaces en tant qu’outil éducatif pour la télévision, car non seulement elles transcendent toutes les barrières, mais vont plus loin en faisant passer le message, simplement sans l’utilisation du langage humain, ce qui signifie que nous avions peu de travail de traduction à faire dans nos onze langues officielles. »

Un message sans paroles sur l’environnement, en avance sur son temps ?

L’un des arguments avancés à propos de l’incident de l’école Ariel est que les rapports des enfants sur les messages concernant l’environnement et l’utilisation de la technologie étaient en avance sur leur temps. Étant donné qu’ils vivaient dans une région rurale du Zimbabwe et qu’ils étaient peu exposés aux médias ou à la culture populaire, on prétend qu’il leur était impossible de connaître des idées aussi complexes que l’intendance de la Terre.

Cependant, l’environnementalisme et les préoccupations liées à la technologie étaient loin d’être des concepts nouveaux en Afrique. De nombreuses organisations caritatives travaillant en Afrique partageaient également ces préoccupations et il n’est pas déraisonnable de suggérer que les idées sur la pollution ou la conservation faisaient partie de la conversation de fond quotidienne au sein d’une communauté rurale telle que Ruwa.

L’affirmation selon laquelle les enfants qui fréquentent une école privée à Ruwa sont en quelque sorte si éloignés qu’ils sont coupés de la culture populaire est manifestement fausse. Prenez par exemple cette conversation lors d’une tribune téléphonique de la chaîne locale Zimbabwe Broadcasting Corporation (ZBC) où l’animateur s’entretient avec une personne de Ruwa. Il demande à son invitée à quoi elle consacre ses week-ends. La réponse de cette dernière est très parlante : « cuisiner parfois, écouter la radio parfois, ou regarder la télévision ».

Un extrait d’une émission de radio ZBC de 1993 avec une interview d’une femme de Ruwa

Il suffit de regarder un petit échantillon de chansons populaires écrites avec un message environnemental à partir des années 1960 pour comprendre que les thèmes abordés par les enfants étaient loin d’être des idées nouvelles et étaient très solidement ancrés dans la culture populaire. Par exemple :

  • Pollution – Tom Lehrer (1965)
  • Where Do The Children Play? – Cat Stevens (1970)
  • Pollution – Bo Diddley (1971)
  • Big Yellow Taxi – Joni Michell (1971)
  • Mercy Mercy Me (The Ecology) – Marvin Gaye (1971)
  • Don’t Go Near The Water – Johnny Cash (1974)
  • The Landscape is Changing – Depeche Mode (1983)
  • Is this the world we created? – Queen (1984)
  • Earth Songs (whole album) – John Denver (1990)
Pochettes d’albums de John Denver, Bo Diddley et Cat Stevens.

Au début des années 1990, des équipes de marionnettistes abordaient également des sujets similaires et s’adressaient à des enfants d’âge scolaire primaire dans toute l’Afrique. Les messages qu’elles apportaient couvraient un large éventail de sujets, non seulement sur la santé publique, mais aussi sur la conservation et la dégradation de l’environnement.

Une liste de journaux des années 1990 pour l’AREPP mentionnant spécifiquement les « questions liées à l’environnement ».

Ateliers de marionnettes

En Afrique, dans les années 1990, les marionnettes gagnaient en popularité en tant qu’outil éducatif et l’AREPP était le moteur de cette croissance.

En 1992, dans ce clip de Puppets Against Aids – Zimbabwe, Gary Friedman décrit les ateliers de marionnettes qu’ils organisaient.

Gary Friedman expliquant les ateliers qu’il dirigeait au Zimbabwe – clip de Puppets Against Aids – Zimbabwe (1993)

« Dans nos ateliers, nous avons fait venir des gens de groupes de théâtre amateurs, des travailleurs communautaires locaux et des éducateurs de santé de tout le Zimbabwe rural dans un lieu central où nous avons organisé ces ateliers d’une semaine, en nous concentrant sur la façon de faire passer le message du SIDA et d’utiliser la marionnette comme moyen de communication pour enseigner aux gens le SIDA ».

Toutes les marionnettes ne se ressemblent pas. Il y avait une grande variété de créations de marionnettes et de types de stands de marionnettes.

Un clip de Township To Tundra (1993). Un atelier de marionnettes de l’AREPP au Canada

Certains des dessins des élèves d’Ariel, dont deux montrent un personnage aux longs cheveux noirs.

Les marionnettes ressemblaient souvent à leurs créateurs. Certaines avaient de longs cheveux noirs.

Un clip de Township To Tundra (1993). Un atelier de marionnettes de l’AREPP au Canada – 1993

Un diagramme de marionnettes (gauche) plusieurs marionnettes en début de construction (droite)

L’année 1993 a vu l’expansion de l’AREPP et la formation de nouveaux marionnettistes pour qu’ils présentent leurs propres versions des Marionnettes contre le SIDA.

« Eric Krystal (du secteur privé du planning familial ou FPPS) a invité Gary Friedman au Kenya pour former un noyau de marionnettistes qui sont devenus à leur tour des formateurs dans un programme national de marionnettes contre le sida. Ce programme reste un programme de formation communautaire qui a abouti à la création de quarante troupes dans tout le Kenya »… « d’autres organisations caritatives ont utilisé les troupes de marionnettes régionales dans le cadre de leur travail d’extension ».

« Gary (Friedman) a formé 9 jeunes gens qui sont ensuite partis à travers le Kenya et ont fini par former 600 autres marionnettistes qui ont parlé du sida et d’autres questions sociales. »

Un clip de Puppets Against AIDS – Kenya avec Eric Krystal expliquant la relation entre la FPPS et l’AREPP.

« …En août 1994, un groupe de marionnettistes de l’African Research and Eductional Puppetry Program d’Afrique du Sud a été invité au Kenya pour animer un camp de formation de marionnettes de deux semaines. Leur objectif était de former les Kenyans à produire leur propre version locale de Puppets Against AIDS, un programme sud-africain original qui, au cours des huit dernières années, a grandement inspiré les gens dans de nombreuses régions du monde. »

En avril 1994, l’AREPP avait deux équipes de marionnettistes en tournée.

« Actuellement, il y a deux spectacles qui tournent en Afrique australe, employant 15 personnes »… « Il y a maintenant deux équipes de 3 ou 4 personnes sur le terrain »… « Le travail se fait dans un large éventail de langues locales, principalement dans les zones rurales. »

Et ces équipes travaillaient pour former d’autres personnes à l’art de la marionnette.

« Des ateliers sont également organisés pour apprendre aux gens à créer des groupes « Marionnettes contre le sida » à l’aide de marionnettes simples. »

Comme une indication de leur succès, au fur et à mesure qu’ils développent de nouveaux projets, ils s’agrandissent et font appel à de nouveaux marionnettistes. En 1994, alors qu’il discutait de leur projet de télévision Puppets For Democracy, qui était en cours de développement pour les élections d’avril 1994. Gary Friedman dit,

« Comme la plupart des employés de l’AREPP étaient occupés à d’autres projets, nous avons dû sous-traiter à des artistes indépendants pour nous aider à monter cette production (Puppets for Democracy). »

Similitudes entre les marionnettes de l’AREPP et ce que les enfants d’Ariel ont vu.

Description :

  • Peau grise ou de couleur inhabituelle
  • Une grosse tête
  • Grands yeux
  • Pas d’expression du visage

Salma, alors âgée de 11 ans, a été interviewée à l’époque et a parlé publiquement de son expérience plus récemment, à l’âge adulte.

Pour la citer (alors âgée de 11 ans),

« Il ressemblait, définitivement pas à un humain… Il avait une grosse tête et de grands yeux noirs et était habillé d’un body noir, moulant. [Bras et jambes] comme ceux d’un humain mais il n’en avait absolument pas l’air, sa tête était beaucoup trop grosse. »

Dans un entretien (à l’âge adulte) avec Randall Nickerson, elle décrit la silhouette qu’elle a vue,

« J’étais plus grande qu’elle… (elle) bougeait mais n’avait aucune expression faciale »

Le dessin de Salma, réalisé à l’âge de 11 ans, du visage qu’elle a vu dans l’herbe.

Lisel, une autre élève, décrit quelque chose de similaire. Son dessin représente un personnage à la grosse tête portant un costume avec ce qui semble être une ceinture et des boutons.

« J’ai vu un homme noir, il était juste en noir, et il avait de grands yeux ».

Dessin de Lisel de la silhouette qu’elle a vue à côté d’une embarcation.

Caractéristiques de sa description :

  • Portant du noir
  • Grands yeux

Nathaniel C – également dans une interview avec John Mack,

« Ils avaient des jambes courtes et un haut assez long. Et une grosse tête et des yeux qui sont plus grands que les nôtres. [Yeux] « Quatre ou cinq fois la taille. » [Des nôtres].

Caractéristiques de la description de Nathanial :

  • Grosse tête
  • Grands yeux
  • Jambes courtes, haut long

Les marionnettes de l’AREPP et les marionnettes des marionnettes contre le sida.

Certaines des marionnettes créées dans le cadre des ateliers de l’AREPP avaient de grosses têtes, de grands yeux, des jambes courtes (ou inexistantes) et de longs « hauts » ou corps. Les marionnettes de Puppets Against AIDS étaient de couleur grise. Gary Friedman explique ce choix,

« Il était assez difficile de faire de l’éducation sur le sida, surtout en Afrique du Sud, en utilisant des marionnettes noires ou des marionnettes blanches, à cause de la discrimination raciale et de la trop grande concentration sur la couleur d’un être humain. Nous avons donc résolu le problème en utilisant des marionnettes grises afin de répondre aux besoins des Noirs et des Blancs. » 21

Les marionnettes n’étaient pas seulement grises, certaines d’entre elles étaient grandes et captivantes. Thomas Riccio en a fait une description saisissante,

« Des enfants sans chaussures, vêtus de vêtements en lambeaux, s’éparpillaient en courant dans des rues compactes, non pavées et jonchées d’ordures. Leurs cris étaient un mélange de peur et d’excitation, leurs visages passant du choc à des sourires radieux à mesure qu’ils se tournaient, leurs courses alternant entre la fuite et les bonds d’espièglerie. Les enfants gémissent dans des spasmes de larmes, les adultes sont curieux, étonnés et déconcertés. Toute l’action dans la rue s’est arrêtée lorsqu’un personnage de deux mètres de haut, doté d’une énorme tête grise digne d’un dessin animé, a fait basculer la sinistre réalité du bidonville dans le surréel, avec un ciel bleu équatorial parfait en toile de fond.

La marionnette de la « mobilisation » s’est baissée pour serrer la main des commerçants qui vendaient de tout, des poulets vivants aux médicaments à base de plantes en passant par les vêtements usagés. La marionnette a fait des câlins à des grands-mères, a poursuivi des enfants, a salué des acheteurs sans méfiance, a poussé des boîtes de conserve et a dirigé la circulation : elle a fait ce qu’elle était censée faire, à savoir provoquer une agitation et attirer un public pour voir un spectacle »

« il a fait ce qu’il était censé faire, à savoir provoquer des remous et attirer un public pour voir un spectacle ».

La similitude entre la marionnette de l’AREPP et la description faite par Salma d’un personnage avec des bras et des jambes « comme ceux d’un humain » mais avec une tête « beaucoup trop grosse » est renforcée par son dessin, surtout lorsqu’on le compare aux images de la marionnette de Mary de Puppets Against AIDS, qui est un marionnettiste portant une tête surdimensionnée en styromousse et papier mâché et une chemise noire à boutons. La tête n’avait pas de traits mobiles et restait donc dans une expression fixe de regard.

Un autre enfant, Munyaradzi Nyamuda, décrit quelque chose de similaire,

« J’avais l’air tout droit dans l’herbe, comme une sorte de chose extraterrestre. Il avait de grands yeux »

Cynthia Hind, l’enquêtrice du Mutual UFO Network (MUFON) qui a visité l’école, décrit cette zone en dehors de la cour de récréation. Elle écrit,

« on pourrait rapidement disparaître de la vue en marchant ici »

L’école primaire d’Ariel et un paysage rural

Nous devons nous rappeler que, selon certaines estimations, les enfants ont observé ce qu’ils ont vu à des centaines de mètres de distance et qu’ils regardaient une zone d’herbes hautes et d’autres types de végétation.

La plus ancienne image satellite publiquement disponible de l’école et de ses environs date de 2005. Ici, la flèche jaune en haut à droite montre la direction du soleil à 10 heures le 16 septembre 1994. Un rayon de 100 m et de 220 m de l’emplacement approximatif des enfants et la direction du regard des enfants sont également indiqués.

D’après les différentes interviews sur la scène au moment des faits, les enfants semblent avoir l’air d’être du Nord.

BBC Archive, 1994

Il semble tout à fait possible que cette végétation et l’incertitude du terrain au-delà de l’aire de jeu puissent affecter la perception d’une figure vue à travers ce paysage. Surtout si cette figure a déjà des proportions inhabituelles, comme l’une des marionnettes AREPP de 2 m de haut.

Une marionnettiste dans le costume du personnage de Mary de Puppets Against AIDS, Photo de Gary Friedman

Ici, j’ai tenté une visualisation approximative en utilisant une photographie de la zone réelle au-delà de la cour de récréation. J’ai placé parmi la végétation deux des éléments fréquemment vus par les équipes itinérantes de marionnettistes de l’AREPP. Il s’agit du VW T3 Microbus blanc qu’ils ont utilisé et de la marionnette Mary de 2 mètres de haut de Puppets Against AIDS.

Une image composite spéculative basée sur la photo de Gunter Hofer de la zone au-delà de la cour de récréation, avec une marionnette de 2m et le VW T3 de l’AREPP approximativement à l’échelle dans la scène.

Dans une autre visualisation, voici une vidéo, filmée sur un iphone SE, d’une camionnette de glace avec un toit blanc, garée derrière une rangée de haies. Le but ici est de donner une idée de la distance entre les enfants et l’objet et les figures qu’ils ont vus sur le terrain. Je me tiens exactement à 220m de la route où se trouve la camionnette, et la vidéo est zoomée après quelques secondes. Notez les figures à peine visibles dans la scène qui semblent noires (sur l’herbe et devant la haie) et les véhicules scintillants qui captent le soleil dans la rue derrière. Seule la partie supérieure de la camionnette de glace est visible et elle ressemble à un disque qui plane au-dessus du sol. S’il captait la lumière de la même manière que les voitures à sa droite, l’effet serait beaucoup plus net.

Une tentative de visualisation de la distance entre les enfants et l’objet – ici, je suis à 220 m de la route Un des rapports des élèves d’Ariel sur l’être qu’ils ont vu Une version des « géants gris » de Puppets Against AIDS – photo de Gary Friedman / Thomas Riccio

L’un des élèves d’Ariel rapporte l’être qu’il a vu.

Une version des « Géants gris » des Marionnettes contre le SIDA – photo de Gary Friedman / Thomas Riccio.

« Courir au ralenti »

Les marionnettistes de l’AREPP qui portaient la tête en papier mâché des grandes marionnettes de Mary et Joe se balançaient, et se liaient presque comme au ralenti. Il existe un certain nombre d’exemples de ce mouvement dans les images d’archives disponibles.

Emily B, une élève d’Ariel, décrit l’une des figures qu’elle a vues,

« …il y en avait un autre qui courait dans l’herbe. Il courait normalement comme nous, mais en bondissant comme si un humain courait sur la lune… »

Un clip de Township to Tundra 1993 où Puppets Against AIDS a fait une tournée dans les petites villes du Canada. Ici, Gary Friedman explique le but des marionnettes géantes à la peau grise.

En plus des marionnettistes humains portant des têtes surdimensionnées, AREPP et les marionnettistes de son atelier ont utilisé une variété de marionnettes de tailles différentes, allant de la taille d’une personne aux marionnettes à main. Les mouvements de ces figures sont généralement exagérés. Elles sont généralement actionnées depuis le dessous d’une cabine de marionnettes (bien que les marionnettes de style bunraku ne nécessitent pas de cabine) qui cache le marionnettiste à la vue. Elles semblent se balancer, tourner ou disparaître brusquement et réapparaître sous la cabine de marionnettes entre les scènes. L’expression est donnée par des gestes effectués avec une main de marionnette actionnée par une tige et par la rotation de la tête actionnée sur un bâton rigide par l’autre main du marionnettiste.

« Les nuques raides »

Dans une interview télévisée de Cynthia Hind, ces observations sont faites, toujours par Emily B.

« J’ai vu les petits hommes noirs. Ils avaient des cheveux assez longs et ils étaient tous noirs. Et ils avaient de grands yeux noirs, c’est tout ce que j’ai vu. J’ai vu un aperçu. Ils se sont retournés et ont fixé le regard, puis ils sont retournés dans une sorte de vaisseau. Il y avait une sorte de grand vaisseau et plusieurs petits. »

Et plus tard, dans son interview avec John Mack, elle mentionne ce détail intéressant.

« Ils étaient juste comme en train de nous regarder tous. Ils n’avaient pas, ils semblaient avoir le cou raide, ils ne semblaient pas bouger leur cou comme nous le pouvons ».

Marionnettes à la nuque raide, de PAA – Kenya, avec audio de l’interview d’Emily avec John Mack.

Je pense que c’est peut-être le détail le plus révélateur de tous les entretiens disponibles, car il est spontané et si spécifique. Je pense qu’il s’agit d’un exemple de la précision de la description de cette enfant, mais aussi d’un lien direct avec l’hypothèse de la marionnette, car il décrit à la fois les types de marionnettes utilisées par l’AREPP à l’époque et la façon dont elles s’engageaient avec le public en le « fixant ».

Les grandes « marionnettes de mobilisation » et les petites marionnettes de style bunraku avaient le « cou raide » parce qu’elles étaient construites sans articulations flexibles au niveau du cou (comme le montre le schéma ci-dessus). Elles s’exprimaient en bougeant et en tournant. Leur contact avec le public se faisait par un regard fixe qui était exécuté avec tout le corps de la marionnette. Encore une fois, presque toutes les marionnettes de l’AREPP n’avaient aucune expression faciale utilisable et avaient des traits fixes rendus en papier mâché ou en fibre de verre.

Le « vaisseau spatial

Outre les descriptions des personnages qu’ils ont vus, il existe des descriptions du « vaisseau spatial » ou de l’OVNI qui présentent un certain nombre de caractéristiques communes lorsqu’on en parle dans les entretiens. L’argent et le scintillement sont les caractéristiques les plus courantes.

  • Quelque chose d’argenté
  • Qui scintille dans les arbres
  • Une chose argentée dans les buissons
  • Lumière argentée

« J’ai vu une sorte de vaisseau atterrir sur le sol… il avait un sommet rond et était plat comme ça sur les côtés. Il y avait une sorte de plateforme sur le côté… Il était argenté et l’anneau qui l’entourait était rouge. Il y avait des lumières autour d’ici… L’une d’elles courait dans les arbres et l’autre traversait le vaisseau. Ils faisaient à peu près ma taille. » – Nathaniel C

« J’ai vu cette chose argentée au milieu de cette touffe d’arbres avec cette chose assise sur le côté et une autre chose comme courant de haut en bas au sommet… Ça ressemblait presque à une vraie personne sauf que c’était assez dodu… Au début, j’ai pensé que c’était juste un garçon du complexe qui jouait autour, mais… ça ressemblait plus à nos cheveux, ils n’étaient pas bouclés. Cette chose ressemblait presque à un hippie. » – Daniel M

Il existe également plusieurs dessins du « vaisseau spatial » qui comprennent ce qui semble être des fenêtres. Encore une fois, je pense que nous ne devons pas négliger cette description spécifique, respecter l’exactitude des souvenirs de ces enfants, mais nous demander à quel objet déjà connu ce détail pourrait se rapporter.

Dessins du « vaisseau spatial », certains avec ce qui semble être des fenêtres, et photographies de deux des véhicules VW de l’AREPP.

Plus précisément, un objet connu partageant ces caractéristiques est un microbus Volkswagon T3, le type exact avec lequel l’AREPP faisait tourner ses équipes de marionnettistes – l’un des véhicules les plus populaires en Afrique australe à cette époque.

Il convient également de noter que la fourgonnette VW T3 présente une ligne autour de son milieu, formée par les plis des panneaux de la carrosserie. Cela peut être visible de loin si la lumière du soleil s’y reflète de la bonne manière.

Schéma d’un microbus Volkswagen T3 (à gauche) que l’équipe de l’AREPP prépare pour un spectacle au Zimbabwe (à droite).

Plus de similitudes

Deux des dessins les plus inhabituels réalisés par les élèves d’Ariel (rangée du haut) : le stand de marionnettes mobile pour une personne et un stand plus grand utilisé dans le cadre de Puppets Against Aids au Kenya. Photos – avec l’aimable autorisation de Gary Friedman

Pas de théorie de la conspiration – une théorie issue de coïncidences

L’hypothèse des marionnettes n’est pas une théorie de la conspiration. Elle n’indique pas qu’un acteur de l’ombre opère dans les coulisses pour tromper une cour de récréation remplie d’écoliers. Il n’y a littéralement aucun groupe qui tire les ficelles. Elle n’écarte pas les récits descriptifs des enfants témoins. Elle reconnaît qu’ils ont vu quelque chose qu’ils ne pouvaient pas expliquer, mais qui, selon cette théorie, peut être expliqué comme étant un élément de la marionnette AREPP qui a été vu par coïncidence pendant quelques minutes par certains des enfants dans la cour de récréation ce jour-là.

Gordon Bilborough, l’un des directeurs de l’AREPP, décrit le processus de coordination entre l’AREPP et les écoles,

« Les visites sont organisées à partir des bureaux de l’organisation par des responsables de projet qui contactent par téléphone toutes les écoles appropriées dans la zone de tournée préétablie et font en sorte que la production visite celles qui sont intéressées  » (Bilborough, 2008)

Il n’est pas clair, cependant, s’il s’agit du même processus de pré-planification qui aurait été utilisé en 1994 ou, surtout, s’il y avait même une équipe de marionnettistes en activité à Ruwa, au Zimbabwe, à cette date.

Peut-être l’AREPP devait-elle visiter l’école ce matin-là. Peut-être s’agissait-il d’un malentendu. Peut-être s’agissait-il d’un malentendu sur le sujet de la représentation et d’une annulation de dernière minute.

Aucun adulte n’était présent – tous les enseignants étaient à l’intérieur de l’école tandis que quelque 250 enfants étaient à l’extérieur, et seul un quart de ces enfants a déclaré avoir vu quelque chose. Cela ne fait que rendre l’histoire plus mystérieuse et ouverte à la pensée conspirationniste. Comme Colin Mackie l’explique dans cette interview télévisée,

« Aucun adulte ne l’a vu, il n’y avait que des enfants à l’école, et tous les enfants dans la cour de récréation, quelque chose comme 250 d’entre eux, et sur ce nombre, seulement 60 environ affirment l’avoir vu ».

L’absence de tous les enseignants avec autant d’enfants non surveillés à l’extérieur est frappante. Il y avait un adulte dans le magasin adjacent à la cour de récréation, mais il n’a pas été témoin de ce que les enfants ont vu.

Là encore, on peut faire une lecture croisée avec le travail de l’AREPP et l’éducation au VIH/SIDA dans les écoles. Les enseignants, « sauf un », ont été invités à partir afin qu’une « relation ouverte et respectueuse entre les artistes et le public » (Bilborough, 2008) puisse se former. Cependant, il semble qu’il s’agisse d’une décision prise par l’AREPP en 1996 – après l’événement de l’école Ariel – et je n’ai trouvé aucune preuve suggérant qu’ils aient procédé de la sorte avant cette date, ou avec des enfants d’âge primaire.

Tableau de comparaison

Tableau de comparaison entre les caractéristiques du ou des « extraterrestres » et du « vaisseau spatial » qui sont décrites dans l’événement de l’école Ariel, et les marionnettes utilisées à l’époque par l’AREPP. ✓ = correspondance directe, ~ correspondance discutable, ✗ = pas de preuve.

Caractéristiques non concordantes

La grande majorité des caractéristiques ont une correspondance ou une correspondance discutable, mais il y a certaines caractéristiques de la rencontre qui ne correspondent pas de manière aussi directe à l’AREPP.

Ce sont :

  • Vêtements noirs brillants – dans les images de marionnettes que j’ai pu trouver, les vêtements noirs sont typiquement mats, en tissu, mais pas « noir très, très brillant » comme le décrit Emma K. 
  • Une chose orange scintillante ou une couleur marronne dans le ciel. L’hypothèse des marionnettes ne fournit aucune explication pour les objets ou les lumières dans le ciel. Alors que les spectacles itinérants sont décrits comme apportant des générateurs mobiles et des haut-parleurs, il ne semble pas y avoir de lumières supplémentaires puisque les représentations ont lieu en plein jour.
  • Le rapport n’explique pas non plus les lumières colorées clignotantes qui étaient  » jaunes, violettes et vertes « , ni les lumières colorées au sol.

Conclusion

Les preuves présentées ici soutiennent l’argument selon lequel il existe de meilleures preuves que les enfants de l’école Ariel ont été témoins d’un événement lié à l’enseignement de la marionnette établi en Afrique à l’époque, plutôt que d’un vaisseau spatial ayant atterri et que les enfants ont rencontré des extraterrestres ou des êtres d’un autre monde. Ce qui manque, ce sont des documents vérifiables, peut-être de l’AREPP, qui les placent, eux ou une de leurs équipes, à cet endroit à cette date. J’ai contacté l’AREPP pour voir s’ils peuvent m’aider à cet égard et j’attends leur réponse. J’ai également contacté un témoin pour avoir son avis sur cette hypothèse.

Cependant, les preuves ci-dessus démontrent clairement que,

  • Il existe une similitude physique entre les marionnettes de l’AREPP – y compris celles fabriquées par les apprentis marionnettistes dans divers ateliers – et le ou les « extraterrestres ».
  • Il existe une similitude entre les mouvements des marionnettes de l’AREPP et ceux du ou des « extraterrestres » décrits par les enfants.
  • Les marionnettes sont utilisées pour délivrer un message, parfois avec force et sans paroles
  • Le spectacle des marionnettes peut rendre le marionnettiste inaperçu ou « invisible » pour le public
  • Il existe une similitude physique entre le(s) véhicule(s) de l’AREPP et le « vaisseau spatial » dessiné par certains des enfants (étant donné la distance d’observation / les conditions environnementales du point de vue des enfants)

D’après les rapports de journaux disponibles cités ici, il est vérifié que,

  • L’AREPP a envoyé des équipes de marionnettistes dans les zones rurales (Ruwa, Zimbabwe, était peut-être l’une d’entre elles à la date en question).
    • En avril 1994, il y avait au moins deux équipes de marionnettistes de 3-4 personnes travaillant sur le terrain, « principalement dans les zones rurales ».
    • En 1994 au moins, l’AREPP avait formé jusqu’à « 40 troupes de marionnettistes » (au Kenya) et « 600 marionnettistes » plus largement en Afrique australe.

Notes de bas de page et références

  1. ^ p.15, Qualitative Evaluation of the African Research and Educational Puppetry Programme (AREPP) Executive Summary and Recommendations, January 1995, C.Evian B.Oskowitz Z.Hlatshwayo [https://www.garyfriedmanproductions.com/uploads/1/0/5/1/10518366/paaevalsum95.pdf]
  2. ^ Playing for Keeps: An examination of arepp: Theatre for Life’s applied theatre pedagogy with regard to adolescent sexuality. Gordon Bilbrough, 2008 https://open.uct.ac.za/handle/11427/7784
  3. ^ Interview with Martin Willis & Randall Nickerson. https://youtu.be/RhosxOMHTME?t=2372
  4. ^ Romance of Alexander, fol.054v and fol.076r Digital Bodleian [https://digital.bodleian.ox.ac.uk/objects/ae9f6cca-ae5c-4149-8fe4-95e6eca1f73c/]
  5. ^ If I had my Ancient Astronaut theorists hat on I might I be tempted to submit this as evidence of an historical close encounter with a hovering craft containing diminutive humanoids.
  6. ^ Clip fromThe Pupeteer https://youtu.be/cJ2gizaqVw8?t=1296
  7. ^ Clip from Master puppeteer Hobey Ford’s magical creations inspire children & adults alike. https://youtu.be/V2clNdbwPYw?t=272
  8. ^ Clip from Meet Hobey Ford https://youtu.be/gS-r8h87W2Y?t=266
  9. ^ Quote from Jane Taylor https://en.wikipedia.org/wiki/Ubu_and_the_Truth_Commission Ubu and the Truth Commission https://youtu.be/lVgT_x53z14
  10. ^ The Journal – Brigid Schutz & Gary Friedman (1994)
  11. ^ Puppets Against AIDS – Zimbabwe (1993) https://vimeo.com/113830584
  12. ^ Puppet Notebook British UNIMA Summer 2005
  13. ^ Control Stick, Boston, September 2005
  14. ^ Quote transcribed from Puppets Against Aids – Kenya https://vimeo.com/113826143
  15. ^ UNESCO Sources, France, April 1994
  16. ^ The Saturday Star, South Africa, 29 May 1993
  17. ^ The Journal, 1994, Brigid Schutz & Gary Friedman
  18. ^ UFO envounter Zimbabwe 1994 https://youtu.be/xBSpMSnLgqs?t=1423 [Timestamp 23:43]
  19. ^ Ariel School Encounter Witness, Salma Siddick & Filmmaker Randall Nickerson, 10-18-17 https://youtu.be/1rtJpw_WWDg?t=4636 [Timestamps 17:30 and 1:17:16]
  20. ^ UFO envounter Zimbabwe 1994 https://youtu.be/xBSpMSnLgqs?t=1423 [Timestamp from 20:46]
  21. ^ Canada The Province The Evening Telegram, Tuesday, August 4, 1992, By Mark Vaughhan-Jackson
  22. ^ Puppet Notebook, British UNIMA Summer 2005, FOLLOW THE GREY GIANTS – A new medium By Thomas Riccio
  23. ^ UFO envounter Zimbabwe 1994 https://youtu.be/xBSpMSnLgqs [Timestamp from 2:32]
  24. ^ p.7 MUFON UFO Journal, Dec 1994
  25. ^ Ariel School UFO landing 1994 https://youtu.be/eBqKJHSrYZg?t=456 [Timestamp 7:35]
  26. ^ Ariel School UFO landing 1994 https://youtu.be/eBqKJHSrYZg?t=268 [Timestamp from 4:28]
  27. ^ Ariel School UFO landing 1994 https://youtu.be/eBqKJHSrYZg?t=390 [Timestamp from 6:30]
  28. ^Zimbabwe School UFO 1994 https://youtu.be/6sK2eGdfNNQ?t=1070 [Timestamp from 17:50]
  29. ^As far as i’m aware there is only one account that differs from this estimate, from Salma, where she says she was much closer, some “3 or 4 feet” away from the figure she saw.

Copyright © 2022 Gideon Reid, Giddierone

Commentaires de Toledo

Et oui, on ne saura peut être jamais, mais il faut avouer que cette théorie est très bien structurée et parfaitement plausible.

Toutefois, je me demande tout de même si on ne prends pas un peu les gamins pour des crétins ? N’auraient ils pas fini par voir qu’il ne s’agissait que de marionnettes ? Ou alors la « troupe » n’aurait elle pas avertit la direction qu’elle a effrayé des enfants ? De plus, un spectacle était il prévu à cet endroit ? Car cela signifie tout de même que la troupe aurait déjà du préparer le matériel, et bien sûre avertir l’école…

On ne saura sans doute jamais, mais l’explication prosaïque est géniale.

Bien sûre vous serez intéressé de lire cet article

http://75.119.140.96/wordpress/the-ariel-phenomenon-2022/

Mais au final, point de temps perdu avec cet article, car cela m’a permis de découvrir le marionnettiste Russe Igor Fokin, hélas parti très tôt. Ses dernières années aux Etats-Unis, en ont fait une célébrité de street performer, et un beau film sur lui est disponible ici