Un SETI Live spécial fin d’année – Phénomènes aériens non identifiés

Introduction de Toledo

Anna Maria Berea fait partie du club des 16, sélectionnés par la NASA afin d’effectuer un travail de reconnaissance dans les données existantes de la NASA.

Il faut commencer par lire préalablement dans l’ordre les articles suivants pour bien comprendre le contexte:

https://www.uap-blog.com/chef-de-la-nasa-nous-prenons-les-ovnis-tres-au-serieux/

https://www.uap-blog.com/collaboration-entre-la-defense-us-et-la-nasa/

https://www.uap-blog.com/scientific-american-la-nasa-cherche-la-science-derriere-les-ovni/

https://www.uap-blog.com/la-nasa-met-le-paquet-pour-se-preparer-a-letude-des-ovnis/

https://www.uap-blog.com/la-nasa-presente-les-membres-de-lequipe-detude-des-uap/

https://www.uap-blog.com/un-astrophysicien-de-luniversite-de-boston-rejoint-lequipe-de-la-nasa/

Traduction – Toledo, tous droits réservés

Beth Jonson : Bonjour et bienvenue à notre étude spéciale de fin d’année en direct, je suis votre hôte, Beth Johnson, spécialiste de la communication ici à l’Institut SETI, merci de nous rejoindre tous et bienvenue à nos téléspectateurs du monde entier.

S’il vous plaît, dites-nous d’où vous regardez maintenant l’événement que je sais que vous attendiez tous.

Le 9 Juin 2022, la NASA a annoncé la commande d’une équipe d’étude pour examiner les phénomènes aériens non identifiés ou UAP d’un point de vue scientifique.

Puis, le 21 octobre, la NASA a annoncé la sélection de 16 personnes pour participer à cette période d’étude indépendante.

L’une d’entre elles est Anna Maria Berea, professeur agrégé de sciences informatiques et de données à l’université George Mason de Fairfax, en Virginie.

Anna Maria Berea, source: Antenna 3

Elle est également affiliée à l’Institut d’études, et chercheuse, au Blue Marble Space Institute of Science à Seattle.

Merci de vous joindre à nous aujourd’hui, Annamaria, et bienvenue.

Anna Maria Berea : merci Beth.

Beth Jonson : C’est bon d’être ici, avant de commencer, je tiens à préciser que c’est notre dernière présentation en direct pour l’année 2022.

Nous entrons dans la période des vacances, et nous ne serons pas là pendant quelques semaines, et c’est aussi notre dernière collecte de fonds, vous allez m’entendre demander de l’argent, c’est le moment de PBS, nous avons besoin de vous pour nous aider à financer ces programmes pour l’année prochaine, c’est la saison des dons pour les vacances, nous avons pour objectif de collecter 60 000 dollars, et tous ces dons iront directement à la recherche de la vie au-delà de la Terre.

Nous sommes une association à but non lucratif, nos programmes dépendent du soutien des téléspectateurs comme vous tous, c’est mon sentiment PBS, nous aurons des liens dans nos notes d’émission et aussi à l’écran dans un moment, ou vous pouvez simplement aller sur study.org et cliquer sur le bouton « give now ».

Vos contributions, nos abonnés, vos super chats (donations en cours d’émission…) et vos étoiles aident à financer ce programme.

Merci à tous d’être là et maintenant, passons à l’essentiel.

Tout d’abord, Annamaria, je voudrais commencer par les bases de ce qui est, et n’est pas considéré comme un UAP. Evidemment, ils sont non-identifiés, mais où allons-nous avec cette cette définition ?

Anna Maria Berea : c’est une très bonne question. Hum, les phénomènes aériens non identifiés, ou les phénomènes anormaux non identifiés, se réfèrent à n’importe quel phénomène que nous voyons, et que nous ne pouvons pas encore expliquer, en particulier si nous le voyons dans l’atmosphère, et cela peut être n’importe quoi, d’accord, parce que nous ne pouvons pas encore l’expliquer, nous ne savons pas encore ce que c’est, c’est pourquoi il est appelé non-identifié.

Hum, je sais que surtout dans les médias du passé, et dans la culture populaire, ils sont traditionnellement associés aux extraterrestres, mais ce n’est pas nécessairement vrai.

Donc, du point de vue scientifique, ce sont des phénomènes que nous ne pouvons pas encore expliquer, et nous voulons les regarder de plus près pour comprendre ce qu’ils sont.

Sont-ils des avions, des drones ? Sont-ils des phénomènes atmosphériques ? Ou sont-ils effectivement des objets dans des zones grises ?

Beth Jonson : Quelle est la mission de la nouvelle équipe d’étude de la NASA, quel est le calendrier ?

Anna Maria Berea : La NASA veut être très transparente à ce sujet, et c’est pourquoi elle a mis en place ce comité.

Notre objectif n’est pas de résoudre ce mystère, ce à quoi certaines personnes, ou la plupart des personnes, sont enclines à penser, mais c’est à nous de déterminer s’il s’agit effectivement d’un phénomène qui mérite d’être étudié par la NASA.

Et notre calendrier est le suivant : au cours des six prochains mois, c’est-à-dire jusqu’à cet été, nous devrons produire un rapport par lequel nous donnerons nos recommandations sur la façon dont nous pouvons encadrer ce phénomène d’une manière scientifique, et comment nous pouvons inclure la NASA dans ce processus, en suivant la manière dont la NASA fait réellement de la science.

Beth Jonson : Ok. Vous allez en parler plus longuement, mais d’abord je vais accueillir les gens qui nous regardent de différents endroits. J’ai déjà vu toute une liste de pays défiler.

Voyons voir, nous avons le Royaume-Uni. Je suis sûr qu’il y en a pas mal du Royaume-Uni, merci à tous,  voyons voir, Belgique, le Colorado, la Tasmanie, l’Australie très sympa très cool euh et de Canberra euh Floride France Ohio euh Tornai euh plus Australie New Jersey Finlande bienvenue euh Pennsylvanie Virginie Occidentale Portugal euh Hollande Pays-Bas Allemagne vilkumen Suède Virginie Occidentale euh plus de Angleterre Texas wow tant de monde, plus Nevada Argentine Curacao Tennessee, ici en Californie près de l’endroit où se trouve le télescope…Bienvenue à Chris, Grèce, ok nous avons l’Ecosse, République Tchèque, Guatemala, Canada et Venezuela wow, ok oh les Philippines.

Très bien, wow, une audience vraiment mondiale aujourd’hui, alors merci à tous de nous rejoindre.

Encore une fois, nous parlons des UAP avec Annamaria Berea, qui est membre de la nouvelle équipe d’étude indépendante de la NASA pour réaliser une étude scientifique, ou plutôt pour proposer des recommandations sur la façon de rechercher scientifiquement les UAP.

Très bien, donc le comité est en train de se réunir, je crois que vous n’avez eu que quelques réunions ?

Anna Maria Berea : c’est vrai donc nous avons commencé à la fin du mois d’octobre, et nous avons eu cette période de temps, qui n’est pas énorme, c’est vrai, c’est seulement trois mois, et oui, nous nous réunissons périodiquement oui.

Beth Jonson : Comment est-ce que cela se passe ? C’est une sorte d’effort de collaboration avec des gens qui travaillent de manière indépendante, et puis qui se rassemblent, comment est le format opérationnel ?

Anna Maria Berea : Pour ce comité, chaque membre du comité vient d’une perspective différente, et un autre background. Nous sommes tous des scientifiques avec des antécédents très différents.

Nous discutons essentiellement de la façon de créer ce cadre de recherche, et de la façon dont nous pouvons le faire par le biais du processus scientifique, comme nous avons l’habitude de le faire pour pratiquement tout autre phénomène scientifique, quelle que soit la science.

Beth Jonson :  Comment avez-vous été impliqué dans l’équipe d’étude ? Y a-t-il eu un appel pour des membres ou sont-ils venus à vous directement ?

Anna Maria Berea : Hum, j’ai juste reçu un téléphone…

Beth Jonson :  Ahahhaa, bien, c’est comment était cet appel pour vous, quelle a été votre réaction à cette question ?

Anna Maria Berea :  Bien sûr, absolument, je suis une scientifique, et je suis intéressé par la recherche de phénomènes intéressants.

J’ai travaillé dans ce vaste domaine de l’astrobiologie, qu’il s’agisse de biosignatures ou de signatures technologiques, je travaille dans ce domaine depuis un certain temps maintenant.

Je viens du domaine de la science des données, donc mon expérience est exclusivement axée sur l’examen des données et des preuves, et bien sûr, quand il y a un phénomène scientifique qui mérite absolument d’être étudié et que nous voulons découvrir ce que c’est, je suis présente.

Alors vous savez, tout chercheur et tout scientifique serait très intéressé et très honoré de participer à quelque chose de cette ampleur.

Beth Jonson :  Oh c’est beaucoup de poids pour un comité de 16 membres, je pense.

Il y a beaucoup de charges sur ce comité à cause des types de preuves et des types de données que vous voulez collecter.

Alors combien, et quels types de données, sont inclus dans la construction de périmètre que vous définissez en ce moment ?

Anna Maria Berea : Donc nous ne collectons pas de données, nous regardons seulement quelles sont les données potentielles qui ont déjà été collectées et qui peuvent être utilisées, euh, encore une fois pour l’objectif scientifique de l’étude de ce phénomène, et aussi comment des données plus significatives peuvent être collectées dans le futur, et encore une fois en ce qui concerne ce phénomène, et quel type d’instruments avons-nous besoin, euh…de quels types de protocoles scientifiques, donc il pourrait y avoir une fausse idée ici encore, que nous avons les données, et que c’est à nous de déterminer ce qu’est ce phénomène.

Ce n’est pas du tout le cas. Comme je l’ai dit, la NASA est transparente, les données que nous examinons sont des données ouvertes au public, donc nous ne regardons pas de données classifiées, nous ne regardons rien que le public ne sache déjà.

Nous en sommes encore à examiner, à nouveau, quels sont les ensembles de données existants, comment plus de données peuvent être collectées, et toutes ces questions ont déjà été posées à l’origine par le groupe de travail UAP, qui est venu à la base avec ces questions, avant même de commencer à réunir le comité.

(Note de Toledo: Relisez bien la section précédente…)

Beth Johnson : Ok, donc vous avez seulement accès aux données publiques, vous ne creusez pas dans des fichiers expurgés ou quelque chose comme ça, quels types de données cela inclut-il, quel type d’ensembles de données regardez-vous ici ?

Anna Maria Berea : Nous ne regardons que les instruments et les mesures, donc nous n’étudions pas les rapports des témoins, aussi intéressants soient-ils, mais encore une fois, parce que nous parlons du processus scientifique, nous voulons prendre en compte les ensembles de données qui ont été collectées de manière approfondie par différents instruments, je veux dire comme des satellites en orbite, peut-être même des avions, donc parce que la NASA, encore une fois, c’est une institution qui travaille avec beaucoup d’images satellites, qui travaille avec des missions qui collectent des données, donc on regarde tout ça, pour voir lequel de ces ensembles de données peut être utile pour comprendre ce phénomène.

C’est donc une approche un peu différente, et encore une fois, je veux insister sur la transparence de la NASA, ainsi que le processus scientifique, un processus scientifique rigoureux.

C’est pourquoi, pour l’instant, nous nous intéressons uniquement aux mesures et aux instruments, que nous savons être solides en termes de collecte de données.

Beth Johnson : Ok, donc nous parlons de points de données scientifiques, nous parlons d’images satellites, nous parlons de choses sur lesquelles nous avons enregistré des données, nous n’examinons pas de fichiers de photographies ou de témoignages de ce genre, nous le faisons juste à partir d’une approche strictement scientifique ?

Anna Maria Berea : c’est vrai, c’est vrai …

Beth Johnson : Ok. Je sais que vous ne parlez généralement pas encore trop publiquement du sujet, mais, y a-t-il des méthodes auxquelles vous avez pensé jusqu’à présent, quelque chose qui a été mis sur la table et dont vous discutez entre vous et dont vous pouvez nous parler ?

Anna Maria Berea : Hum, pas encore, donc encore une fois, les méthodes et l’analyse dépendront des données, et nous utiliserons toutes les méthodes qui sont disponibles, pour nous, à ce stade, de la Communauté scientifique.

Euh si ce sont de simples, enfin pas simples, mais si ce sont juste des méthodes statistiques, si c’est de l’apprentissage automatique, si ces données étaient considérées comme pouvant être utilisées pour l’apprentissage automatique, donc tout le large spectre de méthodes serait déterminé au moment où nous aurons une idée plus claire des données et de leurs structures. (Note de Toledo : Ils utiliseraient également le Machine Learning…)

Beth Johnson : Je sais que vous ne pouvez pas encore nous dire grand-chose parce que nous sommes encore à un stade précoce, mais vous faites ça très rapidement… Je veux bien sûr accueillir quelques personnes de plus…

Nous en avons d’autres personnes de la France, de l’Ecosse, du Canada et de la Colombie, et de l’Indiana, bienvenue l’Indiana. Merci à tous d’avoir regardé, si vous avez des questions à poser à Annamaria sur ce comité, sur les principes de base de l’étude des UAP, ou sur les choses que vous aimeriez voir se produire ici, n’hésitez pas à les mettre dans les commentaires, et je les regarderai, et nous espérons avoir le temps de répondre à certaines de ces questions.

Et pour rappel, c’est notre dernier study live de l’année, nous collectons des fonds pour atteindre notre objectif de fin d’année de soixante mille dollars, donc si vous êtes enclin à le faire et que vous appréciez ce type de programme, s’il vous plaît, donnez de l’argent, tout cela nous aide à financer ce programme et à continuer à parler à des scientifiques et de leur travail étonnant.

Vous avez mentionné que vous êtes avant tout un scientifique spécialisé dans les données. Pouvez-vous nous donner un aperçu de ce que vos recherches apportent à cette équipe particulière ?

Anna Maria Berea : Oui, en tant que scientifique des données, et cela concerne aussi les scientifiques informatiques, parce que je ne suis pas seulement un scientifique des données, je suis un scientifique informatique, principalement, et je suis familier avec un très large spectre de méthodes, à partir de l’analyse statistique, jusqu’aux algorithmes d’apprentissage profond, et plusieurs combinaisons de ces méthodes entre les deux, hum, c’est ce que j’apporte sur la table.

Et encore une fois, j’aime analyser les données elles-mêmes, j’aime les regarder d’une manière plus agnostique, c’est-à-dire que je vois les données, qu’elles proviennent, disons, d’images satellites, de différents textes, de différents fichiers audios, et en regardant les données d’une manière agnostique, je peux potentiellement identifier des modèles ou des anomalies intéressantes que nous ne pourrions pas voire autrement, étant donné nos préjugés scientifiques.

Ainsi, en regardant purement l’ensemble des données et les preuves elles-mêmes, j’espère que nous pourrons créer de meilleures hypothèses, que nous pourrons les tester, peut-être même que nous pourrons détecter des anomalies, peut-être aussi que nous pourrons détecter des modèles.

Mais si ce n’est pas le cas, nous aurons au moins suivi un processus scientifique rigoureux, ce qui nous aidera sur la façon dont nous pourrons aborder cette question à l’avenir, et peut-être comment nous pourrons concevoir des instruments, et des expériences, qui permettront d’examiner ce phénomène de plus près.

Alors qu’il s’agit d’un délai très court pour mettre en place ce cadre de base…

Beth Johnson : quel était le délai que vous aviez prévu de respecter, et quand le premier rapport devrait-il être publié ?

Anna Maria Berea : Hum il sortira en juillet de l’année prochaine, en juillet 2023.

Beth Johnson :  Ok, donc combien de réunions supplémentaires avez-vous encore pour discuter ?

Anna Maria Berea : Cela dépend, nous avons quelques réunions fixes, mais nous nous nous réunissons aussi sur le tas, pour ainsi dire.

Beth Johnson :  Oui, coordonner 16 personnes qui viennent probablement de 16 secteurs différents est compliqué. Vous n’êtes pas vraiment assis dans une salle de réunion physique, à jeter des bouts de papier partout, n’est-ce pas ?

Anna Maria Berea : Ce n’est pas comme dans les films ; là où nous sommes, nous n’avons pas à être enfermés quelque part, vous savez, sans fenêtre, à réfléchir jusqu’à ce que nous trouvions le moment où nous trouvons brusquement la réponse, « Oh » !

Non, ça ne fonctionne pas comme ça, c’est un processus très collaboratif, encore une fois, chacun des membres du comité apporte beaucoup d’expérience et de connaissances scientifiques sur la table, notre objectif principal est de poser beaucoup de questions, et c’est ce que nous faisons, et c’est comme ça que l’on fait de la science, en commençant par poser de très bonnes questions, et ensuite nous voyons quel est le meilleur moyen d’avancer avec les autres scientifiques à bord pour aider à résoudre ces questions.

Beth Johnson :  Ce qui m’amène au prochain sujet dont je veux parler… si vous pouviez dissiper toute idée fausse sur le travail que vous faites, quelle serait la principale idée que vous voudriez dissiper, et y en a-t-il d’autres que vous voudriez dissiper ?

Anna Maria Berea : Ouais, ouais, donc encore une fois, la première idée fausse est que tous les OVNIs et tous les UAP sont des extraterrestres, et que la NASA va finalement se pencher sur les extraterrestres…

La NASA a cherché des preuves de vie depuis le tout début, qu’il s’agisse de vie microbienne ou de vie intelligente, mais encore une fois, en regardant ce traitement que nous effectuons, vous voyez qu’il suit une méthode scientifique rigoureuse.

Maintenant, en dehors des biosignatures ou des signatures technologiques, ce que nous connaissons comme projet au SETI, par exemple quand vous envoyez une sonde sur Mars ou Europe, ou Titan, à la recherche de la vie microbienne, ou quand vous cherchez à analyser les ondes radio, pour les signatures techniques, et ainsi de suite, hum, cette autre partie qui est appelée UAP, hum, ou OVNIs, est particulièrement obscure comme domaine.

Et de nombreux scientifiques sont restés à l’écart de l’étude, en raison de tous les stigmates et toute la lourdeur qui est apportée par ce sujet.

Les médias de masse n’ont pas aidé, au fil des ans, avec toutes ces représentations hollywoodiennes d’extraterrestres, comme des petits hommes verts, ou vous savez, comme Independence Day, qu’ils vont venir ici et nous exterminer, ou quelque chose comme ça, donc au cours des 50 dernières années, les médias de masse ont définitivement créé ce flou autour de ce domaine.

(Note de Toledo : Independence Day ? Un de mes films préférés,>)

Alors bien sûr, il y a eu au fil des ans, en particulier en ce qui concerne les OVNI et les UAP, des rapports contradictoires du côté de la défense par rapport aux rapports des témoins, par rapport aux photographies, et il y a eu des faux, et il est très difficile à ce stade de distinguer entre ce qui est un bon rapport et ce qui est un mauvais rapport quand il s’agit de témoins ou d’images, et c’est pourquoi nous laissons ces données de côté, parce qu’il y a beaucoup de bruit dans ces données, et nous n’avons pas de bons critères pour sélectionner les bons des mauvais rapports.

Et il y a aussi cette idée fausse, que si vous êtes un scientifique qui veut étudier ce phénomène, vous êtes un peu fou, ce qui est arrivé, malheureusement, dans le passé pour certains des scientifiques, les plus courageux qui ont voulu regarder ça à travers le prisme scientifique, et oui, c’est un domaine très difficile avec lequel travailler.

Donc en plus du phénomène lui-même que nous ne connaissons pas, et qu’il est difficile d’étudier, nous avons aussi tous ces préjugés sociaux et culturels autour de nous qui, encore une fois, rendent encore plus difficile pour nous, les scientifiques, de travailler dans ce domaine.

Beth Johnson :  Oui, je comprends tout à fait depuis que j’ai commencé à travailler ici pour le SETI.

Je pense qu’il y a un sous-ensemble d’amis pour qui la meilleure question à poser est : « As-tu déjà trouvé des extraterrestres ?« , ce qui était drôle les trois ou quatre premières fois…

Anna Maria Berea : Right…

Beth Johnson :  Je comprends, euh ok je vais jeter un coup d’œil au CHAT, nous avons en fait quelques bonnes questions qui arrivent, et donc je veux en poser quelques-unes, celle-ci vient de Charlie : « Quand vous parlez de travailler sur un cadre scientifique, commencez-vous par une définition de ce que sont les preuves que vous collectez ? »

Anna Maria Berea : C’est vrai, c’est une très bonne question.

Oui donc encore une fois, actuellement c’est la question de savoir comment nous allons collecter de nouvelles données par rapport à ce phénomène, c’est vraiment ouvert, et nous ne savons pas encore comment répondre à ça, tout de suite.

Nous prendrons en compte toutes les preuves, qu’il s’agisse d’ensembles de données existantes ou qu’il y ait des ensembles de données futures, tant que ce sont des données basées sur des instruments, et que nous avons des mesures précises, par exemple, par rapport à euh… je ne sais pas… La position géographique, par rapport aux délais de latence, par rapport aux propriétés physiques, qui peuvent être mesurées, et nous avons des données spécifiques pour cela, et encore une fois, ce n’est pas à nous, ce n’est pas au comité de siphonner toutes ces données et de sélectionner ce qui est une bonne preuve contre ce qui est une mauvaise preuve, mais si je devais regarder ces ensembles de données, d’abord je prendrais juste toutes les preuves et ensuite en utilisant de bonnes méthodes en termes de classification, en termes de segmentation, euh c’est alors que nous siphonnerions les données, et que nous pourrions séparer ce que nous considérons comme des preuves anormales, par rapport à quelque chose que nous connaissons, ou que nous pouvons facilement identifier…

Beth Johnson :  Okay… Allez-vous travailler contre ce biais négatif associé à ce sujet ?

Anna Maria Berea : Oui j’espère et je l’ai fait, enfin j’ai essayé de le faire tout le temps, oui.

Beth Johnson :  Ouais et plusieurs posent la question, et je suis en quelque sorte curieuse moi aussi…

Je veux dire évidemment, tu es en train de chercher, tu sais, tu travailles pour le SETI, tu fais ce genre de recherche, est-ce que tu crois personnellement qu’il y a une vie extraterrestre là dehors que nous pouvons trouver ?

Anna Maria Berea : Je n’ai aucune croyance personnelle, euh parce qu’encore une fois je suis une scientifique avant tout, et j’aime voir les preuves, j’aime regarder les probabilités, et j’aime absolument le débat. Trouverons-nous d’abord une vie microbienne ou une vie intelligente, euh et bien en l’absence de bonnes évaluations probabilistes, il m’est très difficile de créer une croyance personnelle, donc mes croyances personnelles sont mes croyances scientifiques, ok, et mes croyances scientifiques ne sont pas fondamentalement des croyances mais elles sont des preuves et des probabilités donc…

Beth Johnson :  Hum, je pense aussi que cela soulève une autre question, vous n’êtes qu’une équipe qui travaille sur ce projet, nous avons nos propres projets ici, plusieurs d’entre eux sont en cours.

Y a-t-il d’autres projets dans lesquels vous êtes impliqués qui traitent de la recherche d’étude sur les UAP ? Avez-vous l’intention d’être impliqué dans quelque chose comme, disons comme le projet Galileo à Harvard, ou l’un de ces autres programmes qui sont en train de se mettre en place ?

Avez-vous l’intention d’être impliqué dans ceux-ci aussi, une fois que votre temps avec ce comité sera terminé ?

Anna Maria Berea : Pour l’instant, je ne suis impliquée dans aucun autre type de recherche concernant les UAP, mais j’aimerais probablement être impliqué dans la recherche sur les UAP après que nous aurons terminé notre travail actuel au sein du comité.

Hum, parce que, en fait quand je suis arrivé dans ce comité, je n’avais pas du tout prêté attention au sujet des UAP avant, je m’intéressais seulement aux biosignatures, aux signatures technologiques, et c’est seulement maintenant que je fais partie de ce comité que j’ai commencé à regarder ce phénomène, un peu plus étroitement, et à m’intéresser à ces données.

Et encore une fois, en tant que scientifique, du point de vue scientifique, je trouve cela très fascinant, il y a ce phénomène dont nous ne savons pas ce qu’il est, alors comment collecter les données, comment appliquer un processus scientifique rigoureux à quelque chose que nous ne connaissons pas vraiment, cela m’intrigue vraiment et absolument. Après que nous ayons terminé le travail de ce comité, j’aimerai continuer si c’est possible.

J’aimerais probablement, si le temps le permet, faire de vraies recherches scientifiques sur ce sujet, bien que je fasse aussi des recherches sur les biosignatures et les techno-signatures, alors nous verrons ce que nous pourrons faire dans ce domaine, il y a beaucoup à faire, ce qui serait très bien.

Beth Johnson :  Eh bien, je suis excitée par ce projet, j’espère que nous pourrons enfin en faire un domaine scientifique, et pas seulement regarder les jolies photos, car les revendications extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires, et c’est une de ces choses sur lesquelles j’aimerais que nous soyons sûrs à 100 %.

Je suis donc heureuse que la NASA prenne ces mesures. J’ai peut-être des mauvaises idées et des sentiments mitigés à propos des années 90 et de ce qu’était la NASA à cette époque, mais quoi qu’il en soit, avez-vous été enthousiasmé par ce projet, et avez-vous une dernière chose à partager avec nos téléspectateurs ?

Anna Maria Berea : Oh je suis excitée par tout ça, parce que toutes les questions que nous posons sont des questions vraiment difficiles, euh, encore une fois la NASA a des pétaoctets de données d’accord, donc chercher l’aiguille dans la botte de foin quand il s’agit d’utiliser les ensembles de données existantes pour trouver des anomalies – ou peut-être que ce n’est pas le bon endroit – Pour chercher ce genre d’anomalies dans les ensembles de données existantes à la NASA, mais c’est une question vraiment difficile et c’est une bonne question.

Alors la deuxième bonne question est « Comment pouvons-nous collecter les données pour un phénomène dont nous ne savons pas quand et où il va se produire », hum, c’est une autre très bonne question, et ça implique aussi les questions sur quel genre d’instruments nous pourrions utiliser.

Comment pouvez-vous faire, comment pouvez-vous mesurer, quel genre de physique, quel genre de propriétés allons-nous mesurer, ce sont des questions très difficiles…

Encore une fois, et bien sûr toutes les questions qui sont liées à, vous savez, l’idée que nous ne serions pas seul, qui est fondamentalement la base du SETI, si je peux dire ainsi, toutes ces questions sont très très grandes et intéressantes, et méritent d’être poursuivies, encore une fois, que nous cherchions des microbes minuscules, ou même des preuves de vie dans le passé, ou dans notre système solaire, ou si nous cherchons des preuves de vie dans les atmosphères exo planétaires, ou si nous cherchons des preuves de vie dans les ondes radio et optiques, ou si nous cherchons des preuves de vie extraterrestre ici même sur Terre, je pense que toutes ces questions sont tellement excitantes…

Beth Johnson :  J’attends avec impatience le premier rapport de ce comité et j’espère voir comment cela va se passer, et j’espère que nous aurons un cadre décent pour faire des analyses de données sur les UAP, un joli petit catalogue de phénomènes mesurés scientifiquement serait fantastique…

J’espère vraiment que vous, et les autres membres du comité, reviendrez après la publication du rapport pour que nous puissions parler de ce que vous avez trouvé, et je suis très enthousiaste à ce sujet, merci beaucoup de vous être jointe à nous aujourd’hui.

Anna Maria Berea : merci de m’avoir invitée.

Beth Johnson :  Merci à tous d’avoir regardé, j’espère que vous avez apprécié le direct de l’étude d’aujourd’hui, c’est une émission spéciale de fin d’année, c’est notre dernière, la fin de l’année arrive très vite, et nous espérons que vous avez apprécié ces programmes et si vous voulez les voir continuer, faites un don, vos dons soutiennent tous nos programmes de sensibilisation et d’éducation, et l’étude, comme cela a été souligné, commence seulement maintenant à trouver une partie de sa crédibilité.

Nous n’avons pas eu de financement gouvernemental pour beaucoup de nos programmes d’étude depuis très longtemps. Merci aux personnes qui nous ont permis de continuer à fonctionner et à faire des recherches scientifiques.

Je ne peux pas parler pour l’organisation, mais j’espère que vous reviendrez tous l’année prochaine et que vous continuerez à nous soutenir.

Une fois de plus la saison des vacances arrive, s’il vous plaît, aidez à soutenir le SETI et nous serons très reconnaissants pour tous vos soutiens.

Nous serons de retour dans la nouvelle année je crois le 4 janvier, ce sera Frank et moi.

Nous parlerons probablement un peu de ce rapport à venir et nous parlerons probablement de certaines des missions que nous lancerons bientôt, nous l’espérons, alors restez à l’écoute tout le monde et rejoignez-nous à nouveau pour la nouvelle année… Joyeuses fêtes, quoi que vous célébriez, qu’elles soient merveilleuses, que votre prochaine année soit remplie de bénédictions et de joie… Prenez soin de vous et nous vous verrons dans la nouvelle année.

Note de Toledo

Voici son CV. Je peux faire la même chose, mais il me faut une quinzaine de vies ;>)