L’émission 60 minutes sur CBS du 16 mai 2021

Cette émission couvre plusieurs sujets, celle sur les UAP dure une vingtaine de minutes. Mais ce n’est pas la longueur qui compte ;>) – Il faut un VPN pour voir l’émission complète, ou alors regarder l’extrait qui nous intéresse ici:

Introduction

Vous serez aussi intéressé par les pages suivantes:

Quelques échanges d’Alex Anne Dietrich en coulisse

Donc nous avons le témoignage supplémentaire de l’ancienne pilote Alex Anne Dietrich, à la carrière – on peut le dire – extraordinaire, et pour cela, il faut absolument lire l’article suivant sur ses remarques faites sur les réseaux sociaux quelques heures avant l’émission:

Quelques échanges d’Alex Anne Dietrich en coulisse sur http://75.119.140.96/wordpress/quelques-echanges-dalex-anne-dietrich/

Concernant Alex Anne Dietrich, elle a changé de travail, et n’exerce plus à l’armée. A votre avis, a t’elle toutefois demandé l’autorisation à ses anciens chefs avant de parler ? Au vu de son parcours professionnel, je pense que oui.

L’émission CBS 60 Minutes a une audience d’environ 10 millions de spectateurs, mais il est fort probable que cette fois le compteur aura explosé. Je l’indiquerai si j’ai plus d’informations.

En termes de divulgation, je pense que l’objectif est aujourd’hui atteint.

En ce qui me concerne, j’ai trouvé ce reportage très bon, high level, efficace, bon montage, pas de personnes qui s’écoutent parler comme sur certaines chaines YT, bonne qualité des intervenants.

J’entends, j’entends, les sceptiques ne seront pas pour autant convaincus, de même que les vidéos que j’ai vues jusqu’à aujourd’hui ne me convainque moi-même pas plus que cela.

Mais comme je l’ai déjà dit, mon côté humaniste se doit d’accorder un certain poids à des témoignages dignes de foi, fait par des personnes compétentes dans leurs domaines.

Traduction

NARRATEUR : Nous avons abordé de nombreuses histoires étranges sur 60 Minutes, mais peut-être aucune comme celle-ci. Il s’agit de l’histoire de la reconnaissance à contrecœur par le gouvernement américain des phénomènes aériens non identifiés, plus connus sous le nom d’ovnis. Après des décennies de déni public, le Pentagone admet maintenant qu’il y a quelque chose là-bas, et le Sénat américain veut savoir ce que c’est. La commission du renseignement a ordonné au directeur du renseignement national et au secrétaire à la défense de présenter un rapport sur les observations mystérieuses d’ici le mois prochain.

Bill Whitaker : Donc, ce que vous me dites, c’est que les OVNIs, objets volants non identifiés, sont réels ?

Lue Elizondo : Bill, je pense que nous avons déjà dépassé ce stade. Le gouvernement a déjà déclaré qu’ils sont réels. Ce n’est pas moi qui vous le dit. C’est le gouvernement des États-Unis qui vous le dit.

NARRATEUR : Luis Elizondo a passé 20 ans à diriger des opérations de renseignement militaire dans le monde entier : en Afghanistan, au Moyen-Orient et à Guantanamo. Il n’avait pas pensé aux OVNIs jusqu’en 2008. C’est alors qu’on lui a demandé de rejoindre un programme du Pentagone appelé Programme avancé d’identification des menaces aérospatiales, ou « AATIP ».

Lue Elizondo : La mission de l’AATIP était assez simple. Il s’agissait de collecter et d’analyser les informations concernant les véhicules aériens anormaux, ce que vous appelez, je suppose, dans le jargon, les OVNI. Nous les appelons UAPs.

Bill Whitaker : Vous savez comment cela semble ? Cela semble farfelu.

Lue Elizondo : Ecoutez, Bill, cela n’est pas farfelu. Ce que je te dis, c’est que c’est réel. La question est, qu’est-ce que c’est ? Quelles sont leurs intentions ? Quelles sont leurs capacités ?

Bill Whitaker : Vous savez l’impression que cela donne ? Cela sonne quand même un peu bizarre…

Luis Elizondo :La question n’est pas que cela sonne bizarre, cela est réel. La question est « De quoi s’agit-il ? », « Quels sont leurs capacités, quels sont leurs intentions ? »

NARRATEUR : Résumé du budget sur le programme AATIP, présentation succincte du sénateur Harry REID.

Lue Elizondo : Imaginez une technologie capable de produire des forces de 6 à 700 g, de voler à 13 000 miles à l’heure, d’échapper aux radars et de voler dans l’air, dans l’eau et peut-être dans l’espace. Et qui, soit dit en passant, n’a pas de signes évidents de propulsion, pas d’ailes, pas de surfaces de contrôle (Note : De gouvernail) et qui, pourtant, peut défier les effets naturels de la gravité terrestre. C’est précisément ce que nous voyons. 

NARRATEUR : Il évoque le réseau de scientifiques et d’ingénieurs travaillant à l’extérieur du Pentagone (Parmi lesquels figurent les noms que nous connaissons bien maintenant…), qui étudient le matériel soumis par les militaires, et nous voyons des extraits des vidéos bien connues du GIMBAL et de FLIR1. Le narrateur indique que ces vidéos ne convaincront pas les sceptiques, mais que le Pentagone ignore de quoi il s’agit (Note : Doux Jésus il y a aussi un extrait de la vidéo de Corbell et son avion ;>().

Bill Whitaker : Que dites-vous aux sceptiques qui vous disent qu’il s’agit de ballons, de lancement de fusées, etc. ?

Lue Elizondo : Dans certains cas, il y a des explications simples pour ce dont les gens sont témoins. Mais il y en a d’autres, qui ne le sont pas. Nous ne sautons pas simplement à une conclusion qui dit, « Oh, c’est un UAP là-bas ». Nous faisons preuve de diligence raisonnable. S’agit-il d’une sorte de nouveau type de technologie de missile de croisière que la Chine a développé ? S’agit-il d’une sorte de ballon à haute altitude qui effectue une reconnaissance ? En fin de compte, lorsque vous avez épuisé toutes ces hypothèses et qu’il vous reste le fait que cela se trouve dans notre espace aérien et que c’est réel, c’est là que cela devient convaincant, et c’est là que cela devient problématique.

NARRATEUR : Il parle du lieutenant Ryan Graves qui évoque les risques pour les pilotes, et montre les vidéos GIMBAL, en parlant des rencontres faites sur la côte de Virginie. Ensuite nous avons les photos des ballons Batman et autres…Le lieutenant Graves nous a dit que les pilotes qui s’entraînent au large de la côte atlantique voient des choses comme ça tout le temps.

Lieutenant Ryan Graves : Nous avons vu ces choses tous les jours, durant deux ans…

Bill Whitaker : Attendez une minute, tous les jours pendant deux ans ?

Lieutenant Ryan Graves : Oui…

NARRATEUR : Ils regardent la vidéo de Gimbal ensemble…

Bill Whitaker : Que pensez-vous quand vous voyez cette séquence ?

Lieutenant Ryan Graves : Elle est difficile à expliquer. Il y a la rotation, l’absence d’échappement, l’altitude, je ne sais pas ce que c’est…Franchement

NARRATEUR : Les pilotes spéculent entre eux sur 3 possibilités :

  • Des armes américaines secrètes
  • Des systèmes d’espionnage étranger
  • Des choses d’un autre monde

Ryan Graves : Je dirais, vous savez, la plus forte probabilité est que c’est un programme d’observation des menaces.

Bill Whitaker : Cela pourrait-il être une technologie russe ou chinoise ?

Lieutenant Ryan Graves : Pourquoi pas

Bill Whitaker : Êtes-vous alarmé ?

Ryan Graves : Je suis inquiet, franchement. Vous savez, s’il s’agissait de jets tactiques d’un autre pays qui traînaient là-haut, ce serait un problème majeur. Mais parce que ça semble légèrement différent, nous ne sommes pas prêts à regarder le problème en face. Nous nous contentons d’ignorer le fait qu’ils sont là, à nous observer tous les jours.

NARRATEUR : Le gouvernement l’a ignoré – du moins publiquement – depuis la clôture de son projet d’enquête « Blue Book » en 1969. Mais cela a commencé à changer après un incident au large de la Californie du Sud en 2004, qui a été documenté par un radar, une caméra et quatre aviateurs de la marine. Nous avons parlé à deux d’entre eux : David Fravor, diplômé de l’école de pilotage navale Top Gun et commandant de l’escadron F/A-18F de l’USS Nimitz ; et le lieutenant Alex Dietrich, pilote de son escadre, qui n’a jamais parlé publiquement de la rencontre.

Nous avons parlé à ces deux pilotes, le Commandant David Fravor, et la pilote Alex Anne Dietrich.

Pilote Alex Anne Dietrich : Je n’ai jamais voulu passer à la télévision nationale, sans vouloir vous offenser.

Bill Whitaker : Alors pourquoi faites-vous cela ?

Pilote Alex Anne Dietrich : Car j’étais dans un avion du gouvernement, je souhaite partager ce que j’ai vu, et cela n’est pas classifié.

NARRATEUR : C’était en novembre 2004 et le groupe d’attaque du porte-avions USS Nimitz s’entraînait à environ 160 km au sud-ouest de San Diego. Depuis une semaine, le nouveau radar avancé (Note : Le SPY/One) d’un navire voisin, l’USS Princeton, détectait ce que les opérateurs appelaient des « véhicules aériens anormaux » descendant de 80 000 pieds en moins d’une seconde sur l’horizon (Note : Ce n’est pas correcte, il s’agit de 20 000 pieds. Ce qui ne change pas grand chose…) . Le 14 novembre, Fravor et Dietrich, chacun avec un officier des systèmes d’armes sur la banquette arrière (Note : Un WISO), ont été déroutés pour enquêter à la demande de l’opérateur RADAR du Princeton. Ils ont trouvé une zone d’eau vive de la taille d’un 737 dans une mer bleue et calme.

Commandant David Fravor : Nous avons vu cette eau qui bouillonnait, et cette chose qui se déplaçait à la surface de manière étrange…

Narrateur : Alex Anne Dietrich faisait des cercles, alors que David Fravor est descendu voir de plus près de quoi il s’agissait.

Bill Whitaker : Donc vous êtes en train de descendre en spirale ?

Dave Fravor : Le tic-tac effectuait des mouvements brusques, et il faisait l’inverse de mes manœuvres.

Bill Whitaker : Alors il imitait vos manœuvres ?

Commandant David Fravor : Oui il savait que nous étions là

Narrateur : Le tic-tac faisait environ la taille du FA-18, sans signes distinctifs, ni ales ni échappements de réacteurs.

Dave Fravor : Je veux voir à quelle distance je peux m’approcher. Donc je descend, et lui monte.  Et quand il arrive juste en face de moi, il disparaît.

Bill Whitaker : Disparu ?

Commandant David Fravor : Disparu, partit.

Bill Whitaker : Qu’avez-vous pensé ?

Alex Anne Dietrich : Nous avons réfléchi, essayé de le catégoriser…

…si c’était un hélicoptère, un drone, et quand il a disparu…

Bill Whitaker : Est-ce que vos coéquipier (assis à l’arrière, les WISO…) l’ont au aussi ?

Alex Anne Dietrich : Oh oui…

Commandant David Fravor : Nous étions 4 dans les avions à avoir vu cette chose durant environ 5 minutes

NARRATEUR : Quelques secondes plus tard, le Princeton a acquis la chose sur ses radars 60 miles plus loin. Un autre pilote envoyé (Chad Underwood) a pris une courte vidéo (connue sous le nom de FLIR1)

Alex Anne Dietrich : Je suis une humaine normale, et si j’avais été en solo (Seule dans son avion…) et vu cela, je ne pense pas que j’en aurai parlé, car cela parait trop fou.

Bill Whitaker : (A David fravor) Comprenez-vous cette réaction ?

Dave Fravor : Oui. J’ai eu des gens qui m’ont dit, vous savez, « Quand vous dites ça, vous pouvez sembler fou. » Je vais être honnête… je ne suis pas un spécialiste des ovnis.

Bill Whitaker : Mais ce que vous dites tous les deux, c’est qu’il y a quelque chose ?

Alex Anne Dietrich : Yes !

Commandant David Fravor : Oui, il y a définitivement quelque chose. Qui l’a fabriqué ? Qui a la technologie ? Qui a la connaissance ? Car il était meilleur que nos avions

NARRATEUR : Les pilotes ont rempli leurs rapports, et tout cela a disparu durant 5 ans, rien n’a été fait officiellement durant jusqu’au moment où Luis Elizondo a commencé à investiguer cette affaire.

Luis Elizondo : Nous dépensons des millions de dollars pour entrainer ces pilotes, et ces pilotes voient des choses qu’ils ne comprennent pas, qui sont aperçues par des RADARS, des systèmes électro-optiques, alors pour moi, c’est important.

NARRATEUR : Au Pentagone, il y a beaucoup de scepticisme, et le programme a été arrêté, puis Luis Elizondo a quitté ses fonctions en 2017, et entre -temps ces vidéos ont été déclassifiées.

Chris Mellon : J’ai essayé d’aider mon collègue, Lue Elizondo, à faire monter le problème au sein du département, et le faire réellement parvenir au secrétaire à la Défense.

NARRATEUR : Christopher Mellon a été secrétaire adjoint à la défense chargé du renseignement pour les présidents Clinton et George W. Bush et a eu accès à des programmes gouvernementaux top secrets.

Christopher Mellon : Ce ne sont pas des projets Américains

Bill Whitaker : Nous en somme sures ?

Chris Mellon : Je peux le dire avec un très haut degré de confiance, en partie en raison des postes que j’ai occupés au sein du ministère, et je connais le processus.

NARRATEUR : Comme il voyait que rien n’était entrepris par rapport aux UAP, il a décidé de faire quelque chose. En tant que citoyen, il a fait produire publiquement les 3 vidéos (bien connues…) au New York Times.

Chris Mellon : C’est bizarre et malheureux que quelqu’un comme moi doive faire quelque chose comme ça pour mettre à l’ordre du jour une question de sécurité nationale comme celle-ci.

Narrateur : Christopher Mellon et Luis Elizondo ont joints leurs forces pour raconter cette histoire à qui voulait bien l’entendre, aux journaux, à History Channel (The Unidentified…), à des membres du Congrès…

Christopher Mellon : Nous avons compris que cela devait atteindre le publique, afin que le Congrès se penche sur ce sujet, pour qu’ensuite le Congrès demande à son tour à la Défense de se pencher là-dessus. (Note : Mission réussie, puisque Rubio et a demandé le rapport, et que d’autres personnalités, notamment de la CIA, se sont publiquement exprimées…).

NARRATEUR : Et cela a fonctionné, car le maintenant le congrès a réactivé l’AATIP, qui s’appelle maintenant UAP Task Force. Les militaires sont maintenant encouragés à rapporter les observations étranges qu’ils pourraient faire et le Sénat veut une réponse

Sénateur Marco Rubio : Tout ce qui se trouve dans notre espace aérien, et qui ne devrait pas s’y trouver, est supposé être une menace.

NARRATEUR : Après que le Sénateur Marco Rubio ait reçu un rapport classifié, il a demandé une analyse approfondie. En décembre 2020, il a eu une audience avec le responsable de la Défense, et a demandé que soit présenté au Congrès un rapport non classifié.

Bill Whitaker : C’est une question bizarre. Le Pentagone et d’autres branches de l’armée ont une longue histoire de rejet de cette question. Qu’est-ce qui vous fait penser que cette fois-ci sera différente ?

Marco Rubio : Nous allons le découvrir quand nous aurons ce rapport. Vous savez, il y a une stigmatisation au Capitole. Je veux dire, certains de mes collègues sont très intéressés par ce sujet et certains rient un peu quand on l’évoque. Mais je ne pense pas que nous puissions permettre à la stigmatisation de nous empêcher d’avoir une réponse à une question très fondamentale. 

Bill Whitaker : Que voulez-vous exactement ?

Sénateur Marco Rubio : Je veux qu’un processus soit mis en place pour analyser les données chaque fois que des témoignages surgissent, qu’un catalogue soit mis en place, jusqu’à ce que nous ayons des réponses.

Peut-être les réponses seront très simples. Ou peut-être ne le seront-elles pas…

Mise à jour du 19 mai 2021

Alex Anne Dietrich est interviewée sur CNN où elle raconte son histoire sur le tic-tac, à voir ici

‘Just disappeared’: Veteran combat pilot describes UFO sighting – CNN Video

Elle dit de plus qu’elle aime les passionnés de UFO sur Twitter, que ce soit les croyants, les débunkers comme Mick West, elle passionnée par les croyances de tout le monde

A la question de savoir ce que c’est, elle répond qu’elle n’est pas qualifiée pour cela.

Note : En 48 heures elle vient de s’attirer la sympathie de dizaine millions de personnes, une nouvelle star est née ;>)

Laisser un commentaire