UAP – LE PROJET DE LOI SIGNÉ PAR M. BIDEN

LE PROJET DE LOI SUR LA DÉFENSE DE 858 MILLIARDS DE DOLLARS SIGNÉ PAR M. BIDEN COMPREND UNE LÉGISLATION « SANS PRÉCÉDENT » SUR LES « PHÉNOMÈNES ANORMAUX NON IDENTIFIÉS »

Note de Toledo

Pour bien suivre ce fil, il faut lire préalablement les articles suivants:

https://www.uap-blog.com/apercu-preliminaire-des-dispositions-relatives-aux-uap-2023/

https://www.uap-blog.com/table-ronde-des-medias-sur-le-bureau-aaro/

https://www.uap-blog.com/une-legislation-sans-precedent-sur-les-uap/

Traduction

https://thedebrief.org/858-billion-defense-bill-signed-into-law-by-biden-includes-unprecedented-legislation-on-unidentified-anomalous-phenomena/

MICAH HANKS, le 24 décembre 2022

Vendredi, le président Joe Biden a signé la loi sur l’autorisation de la défense nationale (NDAA) pour l’année fiscale (FY) 2023, fournissant un total de 816,7 milliards de dollars au Pentagone, et fixant le cap de la stratégie de défense nationale des États-Unis pour l’année à venir.

Parmi les principales dispositions du projet de loi figurent des augmentations de salaire pour les militaires et les civils, ainsi que des fonds destinés à soutenir l’Ukraine et Taïwan, et plusieurs programmes liés à la sécurité nationale au sein du ministère de l’Énergie, du Defense Nuclear Facilities Safety Board et d’autres activités connexes.

Le président Biden a déclaré dans un communiqué que le projet de loi de cette année « fournit des avantages vitaux et améliore l’accès à la justice pour le personnel militaire et leurs familles, et comprend des autorités essentielles pour soutenir la défense nationale, les affaires étrangères et la sécurité intérieure de notre pays ».

Le projet de loi contient également quelques points controversés, notamment l’obligation pour le DOD d’annuler le mandat de vaccination du personnel des forces armées contre le COVID-19, une loi à laquelle les responsables du Pentagone ont déclaré qu’ils se conformeraient « pleinement », ajoutant que le DOD « reste attaché à la santé et à la sécurité de la force et à la garantie que nous sommes prêts à exécuter notre mission à tout moment ».

Cependant, une autre partie controversée du projet de loi signé vendredi que peu de médias ont couvert concerne ce que le Pentagone appelle désormais les phénomènes anormaux non identifiés, ou UAP, rencontrés par les militaires. Plus précisément, le FY 2023 NDAA comprend des dispositions qui pourraient ouvrir la voie à une plus grande transparence du gouvernement sur la question en fournissant des protections pour les dénonciateurs, en plus d’étendre la portée des enquêtes actuelles par le All-domain Anomaly Resolution Office (AARO) du DOD.

« Il s’agit sans doute de la plus grande histoire que les grands médias n’ont jamais réussi à couvrir« , a déclaré Chris Mellon, ancien directeur du renseignement et ancien secrétaire adjoint à la défense pour le renseignement, dans une déclaration publiée sur son site Web, dans laquelle il qualifie de « sans précédent » le langage relatif à l’UAP dans le NDAA de l’exercice 2023.

Parmi les éléments contenus dans la partie pertinente du projet de loi figurent des ajouts à la portée et à l’autorité de l’AARO, le Congrès ordonnant désormais au bureau de rendre compte directement aux dirigeants de la Défense et de la communauté du renseignement. Le projet de loi demande également à l’AARO d’étendre la portée de ses enquêtes en remontant plus loin dans l’histoire pour examiner les dossiers gouvernementaux potentiellement pertinents remontant à 1945.

En complément de l’examen historique que l’AARO entreprendra, un texte demande que tout accord de non-divulgation lié à l’UAP dans les programmes passés ou actuels du DOD, du DHS et d’autres programmes soit partagé avec la direction de l’AARO.

Il est important de noter que la section 1673 du FY 2023 NDAA prévoit également des protections pour le personnel américain qui a signé de tels accords, leur permettant de communiquer toute information et de signaler leur participation à de tels programmes à l’AARO et au Congrès.

Douglas Dean Johnson, un chercheur indépendant qui suit la législation relative aux UAP et rend compte des développements connexes sur son site Web, a qualifié la partie pertinente de la Sec. 1673 de « clause anti-représailles de grande envergure, applicable à la fois aux employés et aux contractants du gouvernement« .

« La Sec. 1673(b)(1) prévoit que ceux qui transmettent des informations dans le nouveau système ne commettent aucune violation des lois », a écrit Johnson début décembre, ajoutant que les dispositions du projet de loi empêchent ceux qui transmettent des informations d’être « empêchés de les divulguer par tout accord de non-divulgation précédemment applicable ».

Plus précisément, la Sec. 1673 prévoit des dispositions pour tous les programmes du gouvernement fédéral et leurs employés, ainsi que pour les contractants de ces programmes, en rapport avec les phénomènes anormaux non identifiés, « y compris en ce qui concerne la récupération de matériel, l’analyse de matériel, la rétro-ingénierie, la recherche et le développement, la détection et le suivi, les tests de développement ou opérationnels, et les protections de sécurité et leur application« .

Le texte du projet de loi stipule également que l’examen historique et l’enquête sur les accords de non-divulgation doivent être achevés par l’AARO dans un délai de dix-huit mois après la signature de la NDAA.

« S’il semble incroyable que le Congrès adopte une telle législation, c’est uniquement en raison de la rareté des rapports sur les faits qui ont amené les membres des deux partis au Congrès à s’unir pour adopter ces dispositions », a déclaré M. Mellon dans une déclaration publiée sur son site Web.

Bien que le FY 2023 NDAA comprenne ce que beaucoup ont appelé une législation sans précédent vers une plus grande transparence du gouvernement sur la question de l’UAP, il y aura toujours des limitations sur la quantité d’informations pouvant être partagées avec le public, un point souligné par la direction de l’AARO ces derniers jours.

« Bien que nous soyons déterminés à déclassifier et à partager les informations relatives aux UAP dans toute la mesure du possible, nous devons, bien sûr, trouver un équilibre entre le désir de transparence et la nécessité de protéger les informations, les sources et les méthodes classifiées dans l’intérêt de la sécurité nationale« , a déclaré le directeur de l’AARO, le Dr Sean Kirkpatrick, lors d’une table ronde avec les médias du DOD le 16 décembre.

Au cours de l’événement, M. Kirkpatrick a remercié les dirigeants du Congrès pour leur  » soutien et leur partenariat très précieux « , tout en soulignant la nécessité d’une collecte et d’une analyse rigoureuses des données au cours des dix-huit prochains mois, et des années à venir, alors que l’AARO procède à l’évaluation des informations liées aux phénomènes anormaux non identifiés.

« Il est crucial que nous soyons rigoureux et complets dans notre collecte, notre analyse et [la science et la technologie] », a déclaré M. Kirkpatrick, soulignant que son bureau « appliquera les normes analytiques et scientifiques les plus élevées… exécutera notre mission objectivement et sans sensationnalisme [et] ne se précipitera pas vers des conclusions ».

Micah Hanks est rédacteur en chef et cofondateur de The Debrief. Suivez son travail sur micahhanks.com et sur Twitter : @MicahHanks.